1
30 nov 2015

Avec un peu de retard, la GeoRDP est disponible. Nous abordons notamment la disponibilité d'une nouvelle version de Grass et de Constellation SDI ainsi qu'une réflexion sur les formes urbaines ou encore la bourde de Google Maps. Bonne lecture :)

Accès direct à : Sorties de la semaine | Divers |

Sorties de la semaine

GRASS GIS 7.0.2

GRASS GIS 7.0.2 est sorti. Au programme de cette version LTS (Long Term Support), pas moins de 190 résolutions de bugs et modifications ! La rapidité des traitements et le support des fichiers lourds ont été améliorés et de nouveaux modules (notamment un de gestion de données temporelles) pour vecteur et raster font leur apparition. Pour l'annonce officielle de cette sortie, c'est ici, et pour la liste complète des nouveautés, c'est par .

Sortie majeure du projet Open Source Constellation-SDI, version Andromeda

Constellation-SDI est un projet Open Source porté principalement par la société Geomatys. Celui permet de créer une Infrastructure de Données Spatiales complète allant du catalogage de ressources géographiques jusqu’à l’exploitation d’une plateforme de capteurs remontant des informations en temps réel.

Depuis peu, une nouvelle version de Constellation-SDI, nommée Andromda, est disponible. Celle-ci offre notamment une interface améliorée ainsi que l'intégration de nombreux web services.

Si vous souhaitez l'essayer une démo est disponible et vous pouvez également télécharger les sources du projet. Enfin, n'hésitez pas à faire remonter les informations éventuelles à l'équipe de Constellation SDI.

Sortie de GeoServer en version 2.8.1 et de GeoTools en version 14.1

Le duo de choc du GeoJava est disponible depuis peu en version 2.8.1 pour GeoServer et en version 14.1 pour GeoTools. Une des nouvelles fonctionnalités de GeoServer est l'intégration des modules permettant la lecture de données multidimensionnelles (GRIB / NetCDF / NetCDF) directement en tant qu'extension. Je vous laisse découvrir ces nouvelles fonctions. N'hésitez pas à nous faire part de vos impressions.

Divers

Quand google maps localise Daesh au Bataclan

Il serait bien hasardeux de trop se reposer sur les algorithmes et l'intelligence artificielle.

Récemment, les algorithmes de Google Maps ont joué des tours aux internautes qui ont tenté de localiser Daesh, soit l'État Islamique. Ces derniers se sont retrouvés finalement au Bataclan, en plein Paris.

Deux raisons possibles à cela : la première est que Google analyse les liens entre recherches Google et la localisation pour associer les deux. Or, on ne compte plus le nombre d'articles associant, dernièrement, Daesh au Bataclan, tandis que Daesh évolue sur un territoire mouvant sans délimitation propre. Une autre raison, moins plausible, est que ce serait là l'oeuvre d'un contributeur à Google Maps Maker : rappelons-nous l'épisode du logo Android.

Apparemment, le bug a été corrigé. Si vous cherchez désormais à localiser Daesh, il nous est indiqué "Impossible de trouver Daesh", ce qui est quand même beaucoup plus inquiétant. Faisons confiance en nos politiques..

Dans la catégorie Google Maps Fail, il y a aussi l'histoire de la plainte d'une personne s'étant faite percuter alors qu'elle marchait sur l'autoroute, selon les indications de Google.

Moralité : ne suivez pas trop Google !

 

Petit bestiaire de l'urbanité

 

C'est un travail de longue haleine qu'a réalisé Stephen Wheeler, et que présente un article du wahisngton post. Au terme de longues heures passées à scruter les grandes métropoles depuis le hublot de son ordinateur, ce professeur en écologie humaine, est parvenu à considérer 27 classes de formes urbaines desquelles découleraient toutes les formes de nos grandes villes.

Le résultat de ces observations, ce sont 27 carrés noir & blanc minimalistes dignes de Piet Mondrian.

Ces formes sont diverses : plus ou moins carrées, aux courbes plus ou moins sensuelles. Elles diffèrent selon qu'elles se situent proches d'infrastructures de transport type aéroports, de centres commerciaux, d'usines.

Stephen Wheeler estime que le nombre de figures a progressivement explosé avec le temps, car des formes urbaines ont pris naissance suite au changement de modes de vie : consommation de masse, de transport : voitures (ayant occasionné les figures de boucles typiques des échangeurs, des ronds-points) et même, plus étonnant, l'ascenseur (voir l'article pour plus d'explications).

Il note qu'en prenant une ville des USA, on remarque une transformation des formes urbaines du centre historique construit au 19e siècle à la périphérie. Les banlieues, terres de mutation, voient naître des formes nouvelles.

Selon l'auteur, l'homme piégé par sa propre création et son manque de recul, construit dans certains cas des formes dans lesquelles il se trouve finalement emprisonné. Comme si certaines formes autorisaient plus d'évolution que d'autres.

À la fin de l'article, plusieurs villes sont passées au crible avec les commentaires de l'auteur. Une image de Moscou montre par exemple un découpage massif en blocs (soviétiques ?).

Dans un autre registre, nous avions aussi parlé il y a un an, dans une revue de presse, d'un projet censé réaliser une police de caractères Aerial Bold basée sur l'observation de bâtiments depuis l'espace.

En bref

Commentaires

Commentaire: 

Pour complément, QGIS a été mis à jour, version 2.12.1 et 2.8.4.
Astuce : ces mise à jour sont plutôt facile via l'installeur OSGEO4W :)

Ajouter un commentaire