3
18 avr 2014

En voilà une revue de presse qu'elle est complète et diversifiée ! Allez faire des jeux de mots ou une intro originale quand il y a tellement de choses et de sujets qu'il est bien difficile d'établir un fil conducteur. Mais n'allez pas croire que je me plains, bien au contraire, diversité et richesse sont synonymes dans le GeoTipi ! Allez zou, aux grands maux, les vieux adages : un dessin vaut mieux qu'un grand discours !

Nuage de mots de la revue de presse

Accès direct à : Sorties de la semaine | Logiciel | OpenStreetMap | Google | Représentation Carto | Conférences | Divers |

Sorties de la semaine

GeoCanvas : visualisez vos données en 3D

La 3D est définitivement le point focal des évolutions de la donnée géographique (et depuis un petit moment déjà). Les outils de visualisation se multiplient à l'instar des plugins de QGIS, le développement de logiciels emblématiques est très orienté par la 3D (comme PostGIS entre autres) et les solutions pour les navigateurs ont également le vent en poupe (Cesium, WebGL, threeJS, etc.).

GeoCanvas s'inscrit parfaitement dans cette dynamique. Il s'agit d'un logiciel bureautique (PC et Mac), basé sur PostgreSQL, Numpy (célèbre librairie scientifique de Python), qui permet d'importer facilement ses données et de les traiter puis de les représenter aisément en 3D. C'est développé par Synthicity et c'est en bêta ouverte (et gratuite) en ce moment. La petite vidéo de démonstration :

Logiciel

TileMill supporte maintenant le format FileGDB d'Esri

Bon ça fait tellement longtemps que je n'ai aps ouvert un logiciel de chez Esri que je ne savais même pas que le  format FileGDB existait. La vérité, mes derniers souvenirs d'ArcMap 10 doivent remonter à la version 10 ! Bon quoi qu'il en soit là n'est pas l'intérêt de ce billet, mais plutôt celui du support du format FileGDB par TileMill. Vous pouvez donc dorénavant designer vos couches FileGDB depuis TileMill. MapBox intègre donc le travail qui a été réalisé autour de GDAL/OGR pour pouvoir attaquer ce format fermé d'ESRI. Souvenez-vous, l'automne dernier !

Quelques nouvelles de gvSIG

La version 2.1 de gvSIG est vraiment une réussite et on apprend cette semaine qu'un travail a été réalisé pour faciliter l'installation sur les systèmes Linux 64 bits. Au-delà de cette nouvelle réjouissante pour les amateurs du pingouin, le projet fait appel à la communauté pour alimenter les traductions du logiciel et de sa documentation. Une façon sympa de contribuer sans avoir à mettre les doigts dans le code !

OpenStreetMap

SOTM-FR : 3 jours à créer des nodes humains

L'EDLC...ben quoi, je traduis en français : l'État De La Carte...ah, c'est ridicule ? OK, alors le SOTM-FR 2014 c'était au début du mois et on peut dire que ça a été une véritable réussite ! La popularité de l'événement reflète l'ampleur qu'a prise le projet OSM ces dernières années. Un projet que nous aimons beaucoup dans ce tipi comme vous le savez et 4 d'entre nous étions d'ailleurs présents sur l'événement. Si l'essentiel des intervenants et des participants est composé de sympathiques barbus, passionnés ou sigistes, on note que le public se diversifie et intéresse au-delà des frontières de l'univers GéoGeek. Personnellement, au-delà des intérêts stratégiques et techniques d'OSM, je trouve que cet écosystème de lien social est tout aussi important.

Je n'ai pas trouvé de compte-rendu officiel d'OpenStreetMap France mais il faut dire que je ne suis plus les listes de diffusion. Vous pouvez toujours retrouver les présentations ici.

Sachez que se tenait également le SOTM-US 2014 début Avril à Washingtion DC. Une très grande partie des présentations ont été mises en ligne, vous donnant la possibilité de revivre l'évènement bien assis confortablement dans votre canapé !

Google

Quand Google joue avec les frontières

Dans l'histoire cartographique, la représentation des frontières a souvent posé problème. Pour preuve, citons cet extrait de l'article de Philippe Rekacewicz, un cartographe confronté à la représentation des frontières :

"La carte géographique est tout au plus une représentation ou une "perception" du territoire et elle n'offre aux yeux du public que ce que le cartographe (ou ses commanditaires) ont voulu montrer. Et il n'existe pas de représentations officielles, admises par tous, du découpage politique du monde. Lorsqu'elles sont imprimées, les cartes politiques du monde – celles qui figurent les complexes réseaux de lignes symbolisant les frontières – apparaissent aux yeux du public comme des représentations admises par tous. Elles paraissent harmonieuses, donnant l'illusion d'un monde parfaitement découpé en unités de vie, en régions ou en pays."

Google Maps n'échappe pas à cette problématique ! Nous avions déjà vu que Google Maps adaptait certaines symbolisations (station de métro par exemple) pour mieux s'adapter aux différents profils utilisateurs. Sachez qu'il fait de même avec les découpages territoriaux. Ce n'est pas une grande nouvelle, nous connaissions déjà ces pratiques. Elles reviennent sur le devant de la scène avec le rattachement de la Crimée à la Russie. Comment Google a géré ça? la réponse est par ici !

Représentation Cartographique

Cartographier les interstices de la ville

A travers sa carte, le cartographe a pour intention de délivrer un message aux futurs utilisateurs. Il utilise pour cela les nombreux outils qu'il a à disposition. Pour Mathias Poisson, ces outils sont trop restreints pour pouvoir donner un véritable ressenti de l'espace représenté à l'utilisateur de la carte. Il a donc décidé de concevoir des cartes avec ses propres règles, afin d'introduire "l'expérience spatiale" au sein de la carte,  donner une impression de mouvement au lecteur ! Même si le résultat est très éloigné des cartes que nous avons l'habitude de voir/lire, il reste bluffant, à consommer sans modération... Très joli travail !

En farfouillant dans l'article et ses liens, c'est également l'occasion de découvrir qu'un des numéros de la revue Carnets du paysage, publication de l'École Nationale Supérieure du Paysage (ENSP), était consacré à la cartographie. Consultez donc également le billet sur ce fameux n°20 dont l'accroche donne sacrément envie :

La cartographie fait partie des outils privilégiés des architectes-paysagistes ; elle permet de synthétiser en une seule image les singularités d’un territoire, d’en faire émerger le paysage. Empruntée au monde de la géographie, la carte en tant qu’objet scientifique est détournée par les artistes qui expérimentent ses multiples possibles.

Des plans de métro revisités

Jug Cerovic, un architecte franco-serbe a repris 12 plans de métro de différentes villes du monde à sa manière. Il a souhaité produire des cartes plus faciles à lire et plus simple à mémoriser, afin d'améliorer notre utilisation du métro dans chacune des villes. Pour cela, il utilise des règles simples :

  • utiliser uniquement trois angles pour représenter les lignes (180°, 90°, 45°)
  • sur sa longueur, la ligne ne doit pas compter plus de 5 coudes
  • utiliser des formes géométriques particulières que sont les cercles, les rectangles, parallélogrammes
  • utliser des figures de style telles que la symétrie

Très joli travail, à découvrir impérativement, commencer donc par Paris!

We are where

Le Social Computing Group du MIT s’est lancé dans le projet You Are Here, un projet visant à construire 100 cartes détaillées de 100 différentes villes pour montrer l’invisible. Ce qui nous donne à l'heure ou j'écris ces lignes 8 villes abordées selon différents aspects de la petite histoire. Si Marc Ferrot pour l'histoire proposait de réviser des périodes bien connues par le regard d'anonymes, c'est donc maintenant aux géographes de s'y plonger. N'est-ce pas là une mutation particulièrement intéressante pour nous autres technophiles ? (Source: alireailleurs.tumblr).

Conférences

Le programme du FOSS4G-fr

Vous avez peut-être remarqué il y a quelques mois l'apparition d'un logo sur la droite du site. Le FOSS4G-fr était en préparations dans la cour du chapitre Français de l'OSGeo ! Ce premier événement du nom pour la Francophonie est sur de bonnes voies puisque le programme est sorti !

Pour cette première édition qui se déroulera du 20 au 22 mai à l'ENSG (Paris), il regroupe six thèmes: Environnement, Collectivités et territoires, Solutions logicielles, Géoportails et observatoires, INSPIRE, donnée et catalogues et SIG 3D et géodécisionnel pour deux journées de conférences.

Une journée de workshop est également organisée avec là aussi un très beau programme, à découvrir autour de Qgis, gvSIG, PostGIS, MapMint et bien d'autres !

Comme les places sont limitées ne perdez pas de temps et venez participer !

Et ce sera peut-être l'occasion de rencontrer des membres de la tribu qui s'investissent sur l'événement !

Divers

Dans l'atelier de cartographie de Michelin

Pour les commémorations de la Première Guerre mondiale, Michelin a créé une carte de France géante pour illustrer la Grande Guerre (lignes de front). A cette occasion, France Inter s'est rendu dans l'atelier de cartographie de Michelin, pour prendre la température sur le devenir de la carte papier avec le développement du GPS. Un reportage très court mais fort intéressant par ses commentaires, qui montre bien l'évolution des pratiques des outils de géolocalisation, mais nos bonnes vieilles cartes n'ont pas encore trouvé de successeur digne de ce nom.

  • "Sur une carte papier, il va y avoir d'autres informations [...] on voit plus large [...] ma carte va me dire tout ce qu'il y a autour"
  • "Je me suis quasiment jamais servi d'une carte routière"

A lire également cette semaine, Michelin la pépite française de la cartographie.

La joie géographique est-elle contagieuse ?

Bon faut dire que je suis plutôt d'un naturel optimiste et qu'un rien suffit à me donner le sourire. Une petite mélodie "Y a d'la joie, Bonjour bonjour les hirondelles Y a d'la joie Dans le ciel par dessus le toit", ou des initiatives comme We Are Happy From suffisent à faire naître un grand sourire sur mon visage.

L'objectif de We are happy from est simplement de laisser exprimer votre joie d'appartenir à un endroit. Et des endroits, il y en a de partout, Ua Pou en  Polynésie Française, Harare au  Zimbabwe et même tout au sud vers Terre Adélie.

Par curiosité, je suis parti jeter un oeil sur la Réunion et là aussi une vidéo a été réalisée. Bizarrement, je ne suis pas étonné que le clip débute avec une grosse voiture qui fait un dérapage ! Ah, les réunionnais et les voitures, une grande histoire d'amour...avec les tantines la roue ;) ! Bon, je vous laisse vous balader sur cette joyeuse carte qui j'espère sera contagieuse.

Géomaticien : un métier désormais inscrit à l'Apec

On vous a régulièrement parlé de la reconnaissance du métier de géomaticien en France. Que ce soit lorsqu'il s'agit de pousser une mention dans les cursus universitaires pour permettre de mieux répondre aux besoins spécifiques de formation ou que ce soit les différents outils qui existent aujourd'hui, comme le guide du recruteur. Ces travaux sont portés depuis quelques années par l'AFIGéo qui s'appuie sur la communauté de GeoRezo et des réseaux professionnels comme le GDR MAGIS.

Quelques années après la création d'un code ROME (voir la fiche M1808) auprès de Pôle Emploi pour faciliter le marché de l'emploi dans notre domaine, voilà que le métier de géomaticien entre officiellement dans le registre de l'Apec, la structure dédiée à l'emploi des cadres. Consulter la fiche dans l'annuaire de l'Apec et le communiqué de presse.

L'occasion pour nous de rappeler que l'AFIGéo fait partie de ces structures (comme l'OSGEO-FR, OSM-FR, etc.) qui permettent de faire avancer les sujets qui nous concernent tous et donnent une visibilité auprès des décideurs. N'oublions pas que le carburant de ces progrès est avant tou basé sur les contributions, sous forme de cotisations ou d'implication directe. pensez-y donc :)

En bref

Commentaires

Commentaire: 

Salut,

A noter que le support des Geodatabase pour TileMill n'est pas spécifique à TileMill, c'est surtout que ce support a été ajouté à GDAL/OGR, et que TileMill en profite, autant que tous les autres logiciels basés sur cette bibliothèque !

Vincent

Commentaire: 

Salut Vincent,

Merci pour cette précision.

C'est vrai que c'est surtout grâce à l'amélioration du plugin GDAL.

A.

Commentaire: 

En effet, merci Vincent. Je viens d'ajouter la précision. Cela fait déjà un moment qu'il est possible de lire en partie les FileGDB avec GDAL/OGR, à condition de bien compiler ou installer les bonnes dépendances (surtout pour QGIS).

Ajouter un commentaire