07 fév 2014

C'est bien connu que les animateurs de votre revue de presse préférée sont des bons vivants adeptes de la règle d'or "là où il y a de la gêne il n'y a pas de plaisir", au point que certains pensent même que l'on ne manque pas d'R ! Bien que plus enclin à lever le coude pour une GeoBeer qu'un verre d'eau, on apprécie tout de même l'eau salée voire PySalée de la mer Baltique !

Accès direct à : Sorties de la semaine | Client | Représentation Carto | Conférences | Divers |

Sorties de la semaine

PySal passe en version 1.7

PySal, est, comme le début de son nom l'indique, une bibliothèque Python permettant de réaliser des analyses spatiales. Depuis peu, la version 1.7 de PySal est disponible. Celle-ci apporte son lot de corrections et d'améliorations d bugs comme l'optimisation des calculs pour le module "Spatial Weights" ou encore l'optimisation des connexions pour le module "Regionalization".

 

 

geOrchestra 14.01

Déjà annoncée la semaine dernière dans votre revue de presse préférée, vous n'êtes pas sans savoir que la version 14.01 de geOrchestra est toute fraichement sortie. Cette semaine le mystérieux 'adm' a publié un très bel article de blog dédié à cette sortie ; il met en avant quelques une des 35 améliorations et 116 corrections dont vous vous livrons ici deux aperçus.

L'interrogation multi-couches directement accessible depuis la barre d'outils principale :

Plugin mutli-couche

Et l'add-on Bassin Versant aux résultats impressionnants.

bassin versant

 

Client

Leaflet se gène

Quand on pense carto, on pense au grand, voire à l'infiniment grand. Les généticiens, eux, se penchent sur l'infiniment petit. Ils emploient le terme de cartographie du génome lorsqu'il s'agit de caractériser la séquence d'ADN d'une espèce. Ce qu'apporte le Big Data, ce sont des infrastructures en mesure de stocker les séquences génomiques, de les analyser, les croiser. Ce qu'apporte le couplage avec les technologies web, c'est la possibilité de les diffuser auprès de la communauté scientifique.

Assez surprenante, ici, cette utilisation de Leaflet. L'application suivante, appelée "Genome explorer", permet de naviguer avec beaucoup d'aisance et un niveau d'interactivité élaboré au sein de séquences d'ADN. On compte parmi les espèces à explorer l'Homme, le rat, la souris, et des micro-organismes. Derrière cette application, on trouve, entre autres, une base de données MySQL ainsi que le langage de statistiques R.

Représentation Cartographique

Faire une carte de discontinuités avec R

Nicolas Lambert nous propose dans son Carnet géographique une belle illustration des possibilités toujours aussi impressionnantes de l'outil de statistique R. Cette fois il s'agit de mettre en valeur des ruptures d'indicateurs et de réaliser une carte des discontinuités. Celle-ci mettra en valeur les frontières dont la valeur de chaque côté de celle-ci d'un indicateur varie fortement.

Vous pourrez même récupérer le code proposé par Nicolas en fin d'article afin de faire vous-même vos cartes de discontinuités.

 

Une carte des retards très en avance sur son temps

Les Américains nous étonnent souvent avec leurs visualisations. Comme dans leurs films, c'est comme s'il fallait qu'ils en mettent plein la vue. Ils ont aussi - et une des raisons est sans doute historique - une obsession toute particulière : maîtriser un territoire immense. Rendre compte de manière unitaire des informations issues de chaque coin des États-Unis est une des façons de globaliser leur espace et de le contrôler.

On a souvent vu des cartes de flux sur les États-Unis: trafic aérien, amitiés Facebook qui semblent retranscrire la dynamique du "Nouveau Monde".

L'application suivante, appelée MiseryMap, permet d'explorer les retards dans les vols entre plusieurs aéroports des États-Unis de façon très intelligente. Se trouvent combinés sur la carte 4 éléments :

- Tout d'abord des diagrammes tout droit issus de l'ère décisionnelle - et les graphiques sur le côté le rappellent - où la part des vols en retard apparaît en rouge

- Des flux entre villes plus ou moins épais en fonction du trafic

- Un fonds météorologique avec l'intensité du vent à associer aux retards

- Et enfin, dernier élément, le temps, puisque le tout peut être animé.

Le tout confère à cette application webcartographique un côté cool (pour la simplicité de l'interface) mais en même temps sérieux (pour le côté dashboard) et moderne (pour l'originalité et le dynamisme de la représentation)

Mouvements de navires en mer baltique

Suite au naufrage de l'Erika, l'Organisation Maritime Internationale a rendu obligatoire l'intégration d'un transpondeur AIS sur tous les navires transportant des passagers ou ceux dont le tonnage est supérieur à 300 tonnes. Plus simplement, l'AIS est tout simplement un système qui va envoyer régulièrement la position du navire. Muni d'un récepteur vous pouvez alors capter ce signal et connaître la position des différents navires. Créé initialement comme un dispositif d'anticollisition, l'utilisation de ces données peut servir à plein d'autres applications (surveillance, analyse de trajectoires, etc.). Par exemple, le site Marine Traffic agrège les positions des navires obtenues à partir de ce fameux AIS. Mais, c'est surtout cette superbe réalisation des trajectoires de navires en mer Baltique qui a retenu notre attention. Au-delà de la qualité du rendu, le message véhiculé est tout aussi important !

Et si on dessinait l'écosystème Internet ?

Martin Vargic a récemment posté sur son compte Deviant Art une carte pour le moins originale. Celle-ci représente sa vision du web où chaque pays fait référence à un site ou à un projet. La taille du pays étant liée à la popularité de l'objet cartographié. On retrouve bien évidemment des gros noms comme Facebook, Google et Yahoo mais aussi Linux, Mozilla et Wikipedia. J'ai un peu regardé mais il ne me semble pas avoir vu OpenStreetMap ! Un impardonnable oubli qu'il faudra signaler :D

Conférences

De retour du FOSDEM

Ce week-end avait lieu à Bruxelles le traditionnel FOSDEM lieu magique où la qualité de la bière de haute fermentation n'a rien à envier à la qualité de nombreux intervenants. Mais au milieu de plus de 500 présentations il arrive d'en rater quelques une bien que l'on ait fait le déplacement pour les voir, alors on va vous proposer une session de rattrapage avec les slides mis à disposition en ligne :

GeoBeer Switzerland

Vous êtes intéressés à la cartographie, aux SIG, aux dernières technologies et vous aimez la bière et faire de nouvelles rencontres ? Alors réservez la date du 20 mars 2014 pour la sixième édition du GeoBeer Switzerland à Lausanne !

GeoBeer kesako ? Il s’agit de rencontres informelles, qui ont lieu environ tous les trois mois dans un lieu différent, autour du thème « Géo » où tout un chacun est le bienvenu. Ces rencontres gratuites sont composées de brefs exposés autour d’un sujet spécifique (SIG, cartographie) et d’un apéritif convivial pour échanger avec des acteurs issus de différentes disciplines.

 

Après Zürich, Rapperswil, Bâle et Berne, GeoBeer vient enfin en terres romandes, alors si vous êtes dans le coin, n’hésitez pas à venir. Pour l’inscription, ça se passe par ici (via twitter ou email).

Divers

Un monde parallèle émerge des réseaux sociaux

La troisième révolution industrielle, à l'apogée de laquelle nous serions et issue notamment des réseaux de télécommunication, rendrait floue la notion de frontières. Là où les échanges de valeurs se font par les réseaux, les ondes, la distance entre pays, entre villes d'un État, ne suffit plus à expliquer l'intensité des échanges économiques et des liens politiques.

Ainsi, lorsqu'on agrège les données de réseaux sociaux, des mondes parallèles peuvent apparaître, qui redéfinissent la géographie du lieu.

Des posts géolocalisés issus de Twitter et Flickr sur plusieurs grandes villes : New York, Londres, Paris, Munich ont été compilés de sorte à produire ces cartes de relief où les endroits où s'effectuent le plus d'échanges se trouvent au sommet. Cela nous donne la sensation de parcourir un monde physique qui en réalité ne l'est pas.

Éléments de géomatique

L'école polytechnique fédérale de Lausanne plus connue sous le sigle EPFL propose un cours en ligne (MOOC) traitant des éléments de géomatique. Il couvrira les 3 grands aspects de notre discipline préférée à savoir l'acquisition, la manipulation et la représentation des données à référence spatiale. Ce cours ouvert à tous et gratuit débutera le 17 février, vous pouvez d'ores et déjà vous y inscrire en ligne sur la plateforme Coursera. D'ici là pour réviser vos fondamentaux et réveiller vos vieux souvenirs vous pouvez toujours vous entrainer avec les géogames.

En bref

  • MapPorn non ce n'est pas ce que vous croyez

Ajouter un commentaire