5
17 Jan 2014

La carte est le stade ultime de l'appropriation de la Terre par l'homme, le couronnement de l'entreprise d'apprivoisement du monde. Non pas un arraisonnement mais une captation. L'explorateur défriche les territoires, le géographe les analyse, le voyageur les traverse, le militaire les conquiert ou les ravage, le paysan les bonifie, le cartographe, lui, les piège, les réduit, les cloue sur le plan euclidien, les soumet à sa représentation, les transmue dans la superficie de son cadre.

Une étendue de terrain n'est entièrement conquise que lorsque la cartographe a terminé son oeuvre. Avant, elle se contente d'être lieu de cantonnement, campagne prospère ou lande stérile.

Extrait de la Préface de Sylvain Tesson, "Artistes de la carte", par Catherine Hofmann

Accès direct à : Client | Serveur | Logiciel | OpenStreetMap | Google | Représentation Carto | Divers |

Client

Cartographier l'excellence scientifique !

Mapping Scientific Excellence est une application web qui cartographie l'excellence scientifique dans le monde entier dans 17 domaines différents. On vous propose quelques critères de recherche (qualité du papier scientifique, de la revue scientifique...), puis on vous livre un listing des labos, universités retenues !

L'application est basée sur les données Scopus collectées pour le SCImago Institutions Ranking. Ne sont considéré ici que les institutions qui ont publié au moins 500 articles, revus ou actes de colloques pour la période 2006 à 2010 dans l'un des domaines proposer a l'analyse. Pour plus d'info sur les données, rendez-vous là!

Amusez-vous !

Planetary.js, un globe interactif basé sur D3.js

Avez-vous besoin d'afficher sur votre site un globe interactif ? Si c'est le cas, alors la bibliothèque planetary.js est faite pour vous. Quelques lignes de codes suffisent pour afficher un globe, personnaliser la couleur des océans ou encore afficher des marqueurs :

var planet = planetaryjs.planet();
// You can remove this statement if `world-110m.json`
// is in the same path as the HTML page:
planet.loadPlugin(planetaryjs.plugins.earth({
  topojson: { file: 'http/path/to/world-110m.json' }
}));
// Make the planet fit well in its canvas
planet.projection.scale(250).translate([250, 250]);
var canvas = document.getElementById('globe');
planet.draw(canvas);

Planetary.js utilise D3.js pour le traitement des données et ces dernières doivent être représentées au format TopoJSON.

Serveur

Le meilleur d'OpenGeo pour l'année 2013

Comme nous le rappelle ce post de Boundless, 2013 a été une riche année pour la géomatique.

Commençons tout d'abord par GeoServer, avec notamment un exemple d'interpolation de surfaces, la définition de styles aussi bien en CSS qu'en SLD ou encore l'utilisation de l'API REST.

Puis enchaînons sur PostGIS avec bien évidemment la sortie de la version 2.1 ou encore l'ajout de nombreuses nouvelles fonctionnalités (indexation de données 3D/4D, la fonction ST_MakeValid, etc.) mais aussi l'intégration de données Lidar dans une base PostGIS. Nous profitons de cette occasion pour vous signaler que vous pouvez aider à la traduction française de PostGIS, n'hésitez pas à vous inscrire !

Logiciel

pgModeler 0.7

L'outil de modélisation de bases de données PostgreSQL se prépare à sortir en version 0.7 et le nombre d'ajouts, modifications et corrections est assez important. Son gros atout restant sa dimension multiplateforme (PC, Mac et Linux). L'annonce est par ici et la liste des changements par .

Des nouveautés pour QGIS 2.2 !

La version 2.0 de QGIS nous a fortement impressionné sur son lot de nouveautés ! On retiendra notamment la puissance de son moteur de rendu avec ses nombreux outils et ses nombreuses fonctionnalités... Figurez-vous que ce n'est pas fini, la version 2.2 devrait plaire aux concepteurs de cartes "léchées", un jour vous direz au revoir à Inkscape et compagnie ! Tout se fera depuis QGIS, le rêve non?

OpenStreetMap

Quand le gouvernement américain fait la promotion d'OSM.

Si OpenStreetMap avait besoin de légitimité (ce qui n'est bien sûr pas le cas), le gouvernement américain vient de lui en donner une bonne tranche.
En effet pour les anglophones, le gouvernement américain a construit une sorte de site portail (MAP Give) qui conduit l'internaute en manque de sensation forte vers un apprentissage d'OpenStreetMap, en plusieurs étapes bien documentées.
Pour finir par lui proposer de prêter main-forte aux volontaires qui sont déjà à la numérisation dans le cadre des cartographies d'urgence.
Une belle initiative qui peut être soulignée ! Pour les habitués de la plateforme, si vous souhaitez participer aux missions de cartographies d'urgence, vous pouvez directement accéder à OSM tasking Manager, pour les autres take the tour :-D

Google

Utiliser un réseau de neurones pour identifier les adresses

Avec Google Street View, Google dispose d'une banque d'images tout simplement gigantesque. Mais une image n'est qu'une suite de pixels. Pour disposer d'informations complémentaires, il est nécessaire d'effectuer différents analyses et traitements. Pour Google et ses services de géolocalisation l'un de ces traitements est bien évidemment l'identification des numéros de maison. S'il est facile pour nous de reconnaître en un coup d'oeil ce numéro, il en est tout autrement pour un ordinateur. D'un autre côté, l'ordinateur est capable d'analyser un volume de données beaucoup plus important que nous humains.

C'est pourquoi les chercheurs de Google ont imaginé un système s'appuyant sur un réseau de neurones, permettant une identification automatique de ces numéros de maisons avec une réussite frôlant les 98%. Les performances de ce système sont impressionnantes car il serait capable d'identifier tous les numéros de France en moins d'une heure... oui, vous avez bien lu, moins d'une heure !

Pour de plus amples informations sur la méthode et le réseau lui-même, je vous laisse le soin de consulter l'article publié sur technologie Review.

Représentation Cartographique

Quand votre logiciel SIG se prend pour un artiste !

Qui ne s'est pas retrouvé devant son écran d'ordinateur avec un QGIS, un GVSIG, un ARCGIS... qui vous sort un résultat graphique complètement tordu car oui... toi utilisateur, tu t'es trompé dans la requête, dans les critères, le paramétrage... ou toute autre raison d'ailleurs ! Et là, on râle sur le logiciel, mais comme je dis, il n'y a pas de mauvais logiciels, il y a que des mauvaises manips ! Bref... sachez aujourd'hui que vos résultats tordus peuvent devenir des oeuvres d'art grâce au SIG'ArT ! Vous pouvez également publier de bons résultats, bien évidemment !

 

Divers

Séminaire QGIS 2.0

On avait rapidement relayé l'information dans une GeoRDP d'octobre, mais on prend davantage de temps pour vous inviter à consulter les présentations de la journée sur QGIS 2.0 organisée par  AgroTIC services avec l'aide des étudiants de la spécialités AgroTIC de Montpellier SupAgro et sponsorisée par 3Liz, Oslandia et CampToCamp.

Consultation sur la mise en œuvre de l'infrastructure d'information géographique

La mise en place d'INSPIRE, parfois douloureuse et souvent laborieuse, lève pourtant de nombreux obstacles et questions, et a notamment poussé le développement des IDG ou IDS (Infrastructures des Données Géographiques/Spatiales) qui ont même droit à une fiche explicative sur Wikipedia. La Commission Européenne lance donc une consultation pour évaluer les difficultés et recueillir des retours d'expérience sur la concrétisation de la directive.
Nous vous invitons donc à compléter ce court questionnaire, afin de contribuer au suivi de cette directive au coeur des évolutions du secteur de l'information géographique.

Source : Valentin Blanlot

Une carte corporelle des émotions

C'est une carte tout à fait étonnante que nous vous proposons cette semaine. Celle-ci est à la croisée de la micro-cartographie et de la cartographie de l'invisible.

Sur la base des indications de 701 volontaires à qui étaient présentées des images ou vidéos devant susciter des réactions différentes, des chercheurs finlandais ont pu réaliser une carte corporelle des émotions.

Il s'avère que cette carte est sensiblement la même pour tous les individus, car des régions du corps spécifiques sont activées selon la nature des émotions, les émotions pouvant être de trois types principaux : primaires comme la colère, la tristesse ou le bonheur. La médecine psychosomatique s'attache à ces liens particuliers entre cerveau et corps.

Cette carte servira de référentiel sur la base duquel les médecins pourront déceler des dysfonctionnements émotionnels chez des individus.

Assez surprenant que l'article emploie le terme de topographie. L'image produite, elle, ressemble à ces fameuses cartes de chaleur ou de densité. Aussi une légende est-elle associée à cette carte. C'est un exemple assez insolite où la médecine intégre les conventions cartographiques. 

 

Prochain GeoCamp Lyonnais

Amis lecteurs qui êtes bien informés vous savez ce qu'est un Barcamp, mais avez-vous déjà participé à un GeoCamp ? si ce n'est pas le cas et que vous êtes dans la région Lyonnaise alors réservez votre vendredi 24 janvier (gardez un peu de temps pour lire la GeoRDP quand même) et rejoignez les membres de l'OSGEO-fr pour le deuxième GeoCamp Lyonnais. Selon la formule consacrée, l'entrée est libre et gratuite mais si vous pouviez juste indiquer votre venue sur la page eventbrite de l'évènement cela faciliterait l'organisation.

De plus lors de cette deuxième édition, des présentations vous seront proposées raison de plus pour y assister. 

La carte de la semaine

Pour terminer cette revue de presse, la carte de la semaine est consacrée au prix du diesel :

Source :

 

En bref

 

Commentaires

Commentaire: 

Pour la partie "Cartographier l'excellence scientifique !" ça parait intéressant, mais si l'on regarde de plus près... et en prenant par exemple la France, ils ne prennent pas en compte les différents sites: ex. pour le CNRS il a un gros cercle à Paris, mais on ne voit pas les différents labos dans les autres villes... Donc ils auraient pu se limiter à une représentation par pays!

Commentaire: 

Oné : Je suis d'accord avec toi, mais cela s'explique par le fait qu'ils n'affichent que les établissements ayant publiés plus 500 articles... Ainsi, les autres laboratoires de recherches n'apparaissent pas forcément car ils n'en n'ont pas publié autant. Bien que le nombre d'articles soit important, je trouve ça très réducteur de restreindre "l'excellence scientifique" au nombre de publications... mais ceci est un autre débat ! ^^

Commentaire: 

Pour faire un classement, il faut un indicateur. Comme tout indicateur, celui choisi aura ses défauts et servira à montrer ce que l'on souhaite.

Le classement de Shangaï est aujourd'hui largement utilisé mais aussi critiqué. En effet, celui-ci induit une certaine vision de l'excellence scientifique. Bien qu'actuellement la valeur d'un chercheur soit associée à son taux de publication cela induit des effets pervers. Par exemple, plutôt que de publier un seul article conséquent, on va préférer le diviser en deux pour faire plus de publi. La même logique s'applique à ce que l'on nomme "l'impact factor" avec des labos qui se citent entre eux pour faire monter cet indicateur...

C'est certain qu'aucun indicateur n'est parfait, mais ils sont nécessaires...

Commentaire: 

D'habitude j'aime bien ce genre de discours mettant en avant le rôle de la carte, voir lui apportant un rôle symbolique extravagant.

Là, s'il n'y a qu'une qualité à ce texte, c'est exacerber l'ego des cartographes qui est dans certains d'entre nous. Je trouve extrêmement prétentieux de mettre au niveau de l'appropriation du territoire le travail cartographique.

Flatteur pour le cartographe, mais maladroit dans son expression. Personnellement je suis plus en faveur d'une attitude plus humble dans l'élaboration de la carte, surtout en cette année 2014 où les cartes sont de plus en plus nombreuses, accessibles à la création par chacun. Peut-être qu'il y a encore quinze ans on pouvait prétendre que la carte avait cet aspect symbolique si puissant, mais non, pas aujourd'hui !

Commentaire: 

Bonjour Jêrome,

Pour ma part, je ne vois rien là de prétentieux. En effet, de quel cartographe parle-t-on ?

Pour ma part, je suis partisan d'une connaissance locale (citizen science), de ce fait nous sommes tous en quelque sorte cartographe :)

La carte est une expression du territoire mais aussi une expression d'une vision personnelle...

Quoi qu'il en soit, si vous avez quelques euros qui traînent :

Artistes de la carte, De la Renaissance au XXIe siècle : L'explorateur, le stratège, le géographe

Ajouter un commentaire