18 oct 2013

Nouvelle révélation d'Edward Snowden : la revue de presse de la semaine n'est rien d'autre que le résultat d'un script automatisé qui parcourt le web et qui compile le tout. Je vous livre le code :

 # -*- coding: UTF-8 -*-
#!/usr/bin/env python
from __future__ import unicode_literals

from geotribu import GeoRDP
from vendredi import troll
from propagande import twiteur, gplouss


if vendredi:
	"Le vendredi c'est GeoRDP"
else:
	"Oups, on est encore à la bourre ^_^°"


for actu in GeoRDP.news:
	if actu.categorie == "sorties":
		return "GeoExt 2 est (presque) là :) !"

	elif actu.categorie == "logiciel":
		if ESRI.IsNotOpen:
			troll(target = 'ESRI', 
			  	theme = 'format propriétaire et fermé = démarche périmée',
			  	message = "Les FileGDB n'ont plus de secret ! GDAL/OGR en fait son affaire !")
		elif INSPIRE.IsBreakingYourBalls:
			talend.AddExtension(name = "metadata_crawler", lambda: automatize_cataloging)


if GeoRDP.IsGood() and twiteur.exists():
	twiteur(http://geotribu.net/node/657)
elif GeoRDP.IsGood() and gplouss.exists():
	gplouss(http://geotribu.net/node/657)
else:
	GeoRDP.AddCommentaire(raw_input())

 

En revanche, pour les représentations cartographiques et les divers, on s'est quand même donné la peine d'en rédiger un sacré paquet : des règles cartos de l'Ordnance survey, à une représentation des civilisations à travers les temps, des métros en forme d'animaux, etc.

Bonne lecture et à la semaine prochaine :)

Accès direct à : Sorties de la semaine | Client | Logiciel | Open Data | Représentation Carto | Divers |

Sorties de la semaine

Sortie de GeoExt 2.0.0 en RC1

Cela faisait longtemps que nous n'avions pas parlé de GeoExt dans nos colonnes. Mais cette semaine nous revenons avec une annonce de taille, celle de la sortie de cette bibliothèque en version 2.0.0 RC1 , c'est à dire presque prête à l'emploi mais attendant plus de retours utilisateurs pour garantir sa stabilité. Pour rappel, GeoExt s'appuie sur OpenLayers et Sencha (anciennement ExtJS) afin d'offrir un ensemble de composants pour la création de vos applications cartographiques. Pour un aperçu des potentialités de GeoExt, nous vous conseillons de consulter les différents exemples. Enfin, pour bien démarrer, le mieux est d'ouvrir la doc de l'API et de télécharger le code.

Client

Visualisation immersive d'un MNT avec three.js

Il y a peu, Bjørn Sandvik, nous avait déjà gratifié d'un superbe post sur la réalisation d'un modèle numérique de terrain texturé à l'aide de three.js. Cette semaine, il nous revient avec une vue immersive de ce MNT. Cette vue immersive est projetée sur des Oculus Rift, utilisés dans la visualisation d'ESRI que l'on relayait la semaine dernière. Comme d'habitude le code est disponible sur GitHub.

Logiciel

FileGDB, les GeoDatabases d'ESRI décryptées

Grâce à l'excellent travail d'Even Rouault, les GeoDatabases d'ESRI (FileGDB) n'ont plus de secret pour GDAL/OGR. En effet, à coup de lecture d'hexadécimal il a fini par décrypter ce format. Les habitués du couteau suisse du géomaticien souligneront bien évidemment que GDAL/OGR était déjà auparavant capable de lire le format FileGDB. Certes, mais c'était à l'aide d'une API fermée et surtout certaines contraintes étaient présentes comme la lecture de FileGDB créés par la version 10 d'ArcGis (ou supérieure) ou encore une diminution des performances de l'index lors de l'accès à des données contenant de nombreux champs.

C'est en tout cas une très bonne nouvelle pour la communauté, et nous (l'équipe de géotribu) remercions de tout coeur Even Rouault pour cette contribution.

Talend : automatisez vos métadonnées

Si les métadonnées et plus généralement les dynamiques autour de la directive INSPIRE sont plutôt une bonne chose, disons-le tout net : c'est rébarbatif et c'est souvent la dernière roue du carosse dans un projet. Heureusement ça bouge du côté des outils de catalogage et notamment des solutions semi-automatisées. C'est donc via le billet de neogeo qu'on apprend cette semaine qu'une extension dédiée est désormais disponible pour l'ETL libre Talend et son module spatial. Certes, c'est l'artillerie lourde et ça ne correspondra pas forcément avec les besoins et les moyens de tout géomaticien mais je suis convaincu qu'avec l'avancée des échéances d'INSPIRE et les retards pris par nombre d'acteurs concernés, ce genre d'outils va se révéler relativement indispensable. En attendant, le code est évidemment disponible, ainsi qu'une documentation et voici la vidéo de présentation au FOSS4G :

Open Data

OSCity

OScity (pour OpenSource city) propose à tous une visualisation des données du territoire Néerlandais sous forme de carte. L'ambition derrière tous ça est de proposer aux internautes un outil de manipulation de données "simple" pour inviter tout un chacun à mieux comprendre (et peut-être prendre conscience) les implications spatiales de la gestion du territoire.

capture d'écran d'OScity

Représentation Cartographique

Une bonne carte, c'est avant tout des principes

Si aujourd'hui créer une carte est à la portée de tout le monde, créer une bonne carte est une tout autre histoire. Du fait de la facilité technologique et technique apportée par les logiciels et autres services web, beaucoup oublient que la cartographie est avant tout une science. Et toute science se base sur un certain nombre de principes fondamentaux qu'il est important de maîtriser. A qui s'adresse votre carte ? Est-elle compréhensible ? Ces questions (et bien d'autres) doivent être au coeur de votre réflexion lorsque vous réalisez une carte.

Bon plutôt que de continuer sur mon envolée (comment ça ma logorrhée :D), le plus simple est de vous rendre sur le site de l'Ordnance Survey qui nous offre un bon cours sur le sujet. Vous trouverez également une présentation powerpoint par ici.

Linework, oubliez ce que vous connaissez des limites géographiques

À l'heure de la précision à tout prix, de l'information géographique au millimètre, Linework fait partie de ces ovnis qui nous amènent à penser autrement ! L'idée de ce projet est partie du constat que s'il était facile de modifier l'apparence générale d'une carte, cela n'était pas le cas pour les objets géographiques eux-mêmes. Nous qui sommes tellement habitués à notre réalité, est-il possible de proposer des formes de représentations alternatives ? La réponse est oui et pour vous en convaincre je vous propose de consulter les différents exemples proposés. Et comme ce site est bien, ces exemples sont téléchargeables au format Shapefile, GeoJSON, TopoJSON ou encore Adobe illustrator.

Deux applications pour découvrir Londres

La première s'intitule Census 2011: Wards in London, elle décrit les quartiers de Londres à travers des dizaines d'indicateurs socio-démographiques. En fait, je devrais dire des centaines, je n'ai pas compté, mais c'est assez fou! La capitale anglaise passe au peigne fin cartographique.

La seconde s'intitule Illustreets, nous délivre tout un panel d'indicateurs, du taux de criminalité aux prix du logement par nombre de pièces. N'hésitez pas à sélectionner une zone pour découvrir les fiches d'informations interactives. Cette carte dynamique ne s'arrête pas aux limites de Londres puisqu'elle permet de visualiser l'ensemble du pays.

Divers

L'évolution d'une civilisation ça se mesure

Un article intitulé "War, space, and the evolution of Old World complex societies" est récement paru dans la revue PNAS (Proceeding of the National Academy of Sciences of united States of America). Il propose une modélisation du développement des sociétés humaines. Les auteurs essayent de changer l'angle d'approche habituellement utilisé pour décrire ces évolutions. En effet, ils proposent une modélisation complémentaire à l'approche traditionnelle, qui se cantonne d'après eux habituellement à des modèles dialectiques, des résultats mal définis à valeur explicative souvent ambiguë. Leur objectif est ici de proposer un modèle de développement culturel capable de prédire où et quand les sociétés complexes de grandes envergures ont surgi sur le globe.

résultatsimul

L'objectif est ambitieux et ... spatialisé (oui vous commenciez à vous en douter !). Le modèle va tester à partir d'une carte des continents Afro-Eurasien (à une résolution de 100km²) et d'une grosse base de données répertoriant la distribution historique des grandes sociétés entre 1500 AvJC et 1500 ApJC la distribution et l'évolution de celles-ci. Visiblement les résultats sont convaincants, car le modèle est capable d'expliquer 65% de la variance des données. Ce modèle confirme les théories qui mettent l'accent sur le rôle de l'état et des institutions sur la stabilisation des sociétés, leurs qualités et leurs richesses.

Si l'histoire et la modélisation spatiale vous intéressent, c'est à lire. De mon côté je reste sur ma faim, les considérations techniques étant un peu mises de coté... On les retrouve un peu dans les annexes, mais j'aurais aimé avoir un peu d'info sur le moteur. Et je comprends bien l'intérêt des UML là tout de suite :-)

Un GPS Logger avec Arduino et visualisation des résultats dans QGIS

Le Do It Yourself prend de plus en plus d'ampleur et ce n'est pas nous qui allons nous en plaindre. Très proche dans sa philosophie de l'Open Source, l'idée est simplement de créer par vous même quelque chose. Et ce quelque chose peut très bien être un GPS. En effet, à l'aide de plateformes comme la arduino ou la raspberry pi, vous avez tout le nécessaire pour bien démarrer. Vraiment tout ? Il manque quand même un bon tutoriel pour en pas partir dans n'importe quelle direction. C'est pourquoi je vous propose de consulter le récent billet paru sur le site Gis Blog.  N'hésitez pas à faire partager les images de vos futures réalisations :)

Un soutien financier de 10 millions de dollars pour MapBox

Créé en 2010, Mapbox n'était encore à l'époque qu'un petit poucet dans le monde du géospatial. Petit poucet qui a rapidement grandi et surtout qui a contribué à bousculer les standards jusqu'alors établis.

Bien qu'il n'y a pas si longtemps, Mapbox avait déjà bénéficié d'un soutien financier de la Knight Foundation à hauteur de 650.000$, ce n'est rien par rapport au nouveau soutient de la part de Foundry Group qui s'élève à 10 millions de dollars.
Oui vous m'avez bien entendu, 10 millions. Vu les merveilles que l'équipe de Mapbox nous a concocté jusqu'à présent, j'ai hâte de voir ce que cela va donner avec l'aide d'une telle somme ! Félicitations à toute l'équipe de MapBox, cela est mérité.

Quel animal se cache dans les lignes du métro ?

Si certains cherchent des formes dans les étoiles, les vrais cartographes font cela avec des cartes et plus particulièrement celle des lignes de métro. En effet, avec un peu d'imagination, en suivant cet entrelacement de lignes naissent des formes qui nous sont familières. C'est là toute l'idée du site Animals On The Underground. Grand fan de PostGIS, j'ai naturellement choisi cette ligne :)

Du rap pour promouvoir la cartographie

Un peu de musique pour finir la semaine. Avez-vous déjà entendu parler de Interpret Geospatial Solutions? Je vous présente un nouveau groupe de l'hémisphère Sud! Un peu de SIG avec un peu de Beatbox ça donne un RAP pas comme les autres! Personnellement j'adore... Cette vidéo a notamment été présentée à la conférence ESRI 2013 en Nouvelle-Zélande. Bonne écoute!

En bref

 

Ajouter un commentaire