11 oct 2013

C'est l'automne mais voici venir votre dose hebdomadaire de rayons de soleil géomatique !

Les articles de Markus Neteler sur GRASS 7 et les tutoriels sur gvSIG tombent aussi régulièrement que les feuilles ! Il fait toujours beau du côté d'OSM qui continue de catalyser l'ouverture des données publiques et devient incontournable jusque dans les milieux propriétaires, comme ESRI ou Garmin.

Les jours raccourcissent et il fait donc noir plus longtemps dans nos journées...comme dans les cartes ! Ca n'empêche pas les gens de sortir de chez eux et deux ingénieurs-designers de FourSquare de mettre de la couleur sur les flux pendulaires citadins. C'est technique, beau et intéressant.

Côté hiver, on n'est pas en reste avec le concours de l'IGN et un double point culture radiophonique et scénique.

Accès direct à : Logiciel | OpenStreetMap | Représentation Carto | Divers |

Logiciel

GRASS 7, LandSat 8 et le Pan Sharpening

Un nouveau tuto sur le blog de Markus Neteler (s'il tient la cadence, d'un billet par semaine, se serait bientôt une encyclopédie!!) qui reprend image à la clef une solution de pan-sharpening avec GRASS 7... Bon je ne connaissais pas le concept, du coup un petit tour sur Wikipedia. Visiblement pour gagner en légère, coût de production et réduire la complexité et les risques de casse, les satellites d'imagerie sont équipés de capteurs qui ne font qu'une seule chose, mais qui la font bien (des images haute résolution en noir et blanc, ou des basses résolutions en gris)! Le pan sharpening consiste donc à prendre des images hautes résolutions en niveau de gris et les assembler avec des images en basse résolution qui elle serait en couleur pour aboutir à des images de haute résolution en couleur...

Donc voilà GRASS 7 le fait (et comme GRASS est facilement scriptable, ça peut être intéressant pour traiter de gros jeux de données).

gvSIG training

Bien que sur notre site QGIS soit bien plus souvent à l'honneur que gvSIG, il n'empêche que ce dernier reste une valeur sûre dans le domaine des SIG Open Source dont l'évolution est relativement stable. Si vous maitrisez l'espagnol et que voulez tout savoir sur gvSIG, alors voici une adresse à bookmarker.

 

OpenStreetMap

OSM et collectivités territoriales, un duo gagnant/gagnant

Les exemples de libération de données publiques et leur intégration au projet OpenStreetMap (OSM) sont de plus en plus nombreux. Le dernier en date, la libération par la ville de New York de plus de 200 jeux de données qui ont par la suite été ajoutées à OSM (image ci-dessous).

Bien que je trouve ce phénomène de libération de données bénéfiques aux citoyens, je trouve que jusqu'à présent cela n'allait que dans un seul sens. C'est à dire, qu'un organisme libérait des données sans pour autant avoir ensuite une visibilité ou un retour de ce qui en est fait. Dans le cas de New York, la démarche est particulièrement intéressante car elle s'accompagne également d'un retour pour la ville elle-même. En effet, un outil développé par MapBox permet aux gestionnaires d'être avertis quotidiennement des changements opérés dans une zone donnée.

A mon sens, les prochaines étapes de ces projets de contributions volontaires sont dans cette relation communauté <-> organisme public. Bravo en tout cas à MapBox ! Ah oui j'oubliais, le code est bien évidemment disponible sur Github.

Données OSM pour Garmin !

Dans certaines parties du globe, les données provenant d'OpenStreetMap sont les plus à jour et les plus complètes. Pourquoi alors ne pas les utiliser dans votre GPS ? Sachez que si vous avez un Garmin, cette procédure était d'ores et déjà possible via des outils ou des sites comme bbbike.org mais qu'elle est désormais considérablement simplifiée grâce à cette application. Le principe est simple, vous sélectionnez le type de données, la zone et une fois votre adresse spécifiée vous recevrez votre fichier Garmin. Plutôt sympa non ?

 

OSM en 3D à la sauce Esri

Au début du mois d'octobre a eu lieu la fameuse conférence francophone d'Esri. Celle-ci est évidemment l'occasion pour le plus populaire des SIG propriétaires de rencontrer ses utilisateurs et de montrer les futures fonctionnalités de ses logiciels. L'une des présentations a d'ailleurs porté sur une visualisation immersive à l'aide des données provenant d'OpenStreetMap (OSM). Les différentes étapes ainsi que les logiciels utilisés sont décrits dans ce billet. Le résultat est en tout cas bluffant !

 

Représentation Cartographique

Noir c'est noir

Si l'on y prête bien attention, la plupart des cartes qui se diffusent de façon virale sur le net ont un fond noir. Parmi ces cartes, on peut citer celle sur les amitiés du réseau facebook ou encore les cartes d'Eric Fischer.

Comment interpréter cette tendance ? Selon cet article, cela correspondrait à une rupture technologique. Avant, la distribution papier imposait, pour des raisons économiques, d'utiliser un fond blanc. Sur nos écrans, les fonds noirs sont beaucoup moins consommateurs d'énergie, donc on peut dire que ce choix est aussi une option écologique. En plus de cela, je dirais que le noir est une couleur plutôt "geek" souvent associée aux mouvements pirates ou informatiques, ce qui expliquerait que des programmeurs adoptent ce choix pour créer leurs cartes.

Au niveau esthétique, un fond noir permet aussi de mettre en valeur des couleurs vives, contribuant à rendre les cartes plus tape-à-l'oeil et attirantes, et donc plus promptes à marquer celui qui la regardera.

Je kiffe ton flow

Que se passe-t-il quand une société repose sur une mine d'or issue des contributions de millions d'utilisateurs ? Il peut en découler de merveilleuses datavisualisations qui synthétisent à elles seules certaines dimensions de ces gigantesques bases de données.

Foursquare, application sociale de check-in géographique, n'est plus à présenter. Elle comprend aussi bien des développeurs, des ingénieurs que des designers (souvent eux-mêmes programmeurs) qui, lorsqu'ils collaborent ensemble, créent des choses plutôt impressionnantes.

Matt Healy et Blake Shaw en sont deux employés. Ensemble, ils ont créé une animation des flux au sein de grandes métropoles : New-York (encore elle), San Francisco, Londres ou encore Tokyo. Pour cela, ils se sont appuyés sur le logiciel de design génératif Processing.

La carte repose sur des fenêtres temporelles de 3 heures. Ainsi, relate Matt Healy, "si je quitte le bureau pour arriver dans un café une heure après, alors mon déplacement est symbolisé par un trait". En tout, ce sont 1 000 000 de points de départ et d'arrivée qui ont été intégrés pour aboutir à cette carte avec une base de 5Go de données. Les individus paraissent alors des abeilles au sein d'une ruche vrombissante de couleur.

Les traits rouges symbolisent les flux résidentiels, les verts la nourriture (les restaurants...), le bleu sombre la vie nocturne nuit : bleu, le turquoise les transports, tout cela sur un fonds MapBox dont la société FourSquare exploite les services.

Selon Matt Healy, il ne faut pas forcément beaucoup de questions pour aboutir à une infovisualisation intéressante et les outils peuvent être simples, à l'instar de Processing. A noter qu'Hive et MapReduce peuvent aussi être adoptés pour l'exploitation de grosses bases de données.

Un projet de cette bande de designers fous ? Une carte des polarités émotionnelles réalisée sur la base de techniques de sentiment analysis. En fait, il s'agit de rendre l'invisible visible. Ces cartes parviennent à faire ressortir des réseaux au sein des grandes villes, voire entre elles. Elles peuvent aider à comprendre à territoire et impulsent la création de nouveaux services au sein de ces start-ups par ce qu'elles révèlent du monde.

Divers

Aux origines de la carte Michelin

On vous a parlés de la carte Michelin, il y a peu de temps avec cette initiative de réaliser des cartes Michelin à partir des données OSM. Nous sommes passés à côté d'une courte émission diffusée cet été sur France Culture qui revient aux origines de la carte Michelin. Bonne écoute !

 

Géocoder des coordonnées géographiques

Vous vous êtes peut-être déjà retrouvé dans cette situation, où avec toute une série de noms de lieux, vous auriez voulu retrouver les coordonnées pour faire une jolie carte... Eh bien c'est possible grâce à un bout de script et aux geonames de Google. La procédure est relativement simple et consiste à créer une "macro google" à partir d'un script développé par Max . Ce script quand il est appelé dans le tableur de votre GoogleDrive permet de retrouver les coordonnées géographiques à partir d'adresse ! Un petit truc à garder au chaud quoi ! Rappelons également l'outil similaire de MapBox.

source : Digital Geography

 

Base bibliographique sur les SIG et la géomatique

D'habitude, pour votre anniversaire, c'est à vous qu'on offre un cadeau. Au ForumSIG, ils ont décidé d'inverser les rôles et de nous offrir un présent : une base de données bibliographiques de plusieurs centaines de références sur le thème des SIG. Ces références peuvent être classées par ordre alphabétique, date, auteur ou encore par mots-clés. Fonctionnalité intéressante, il est possible d'exporter votre recherche au format xml, bibtex ou encore EndNote !

Profitons-en pour souhaiter au site qui a accompagné nos premiers pas en géomatique un joyeux anniversaire. 10 ans, ce n'est pas rien ! Afin de toujours mieux vous accompagner et répondre à vos besoins, l'équipe du ForumSIG a besoin de votre avis. Si vous avez quelques minutes, n'hésitez pas à remplir ce questionnaire.

Oruxmaps

Amis randonneurs, nous vous parlions de d'Oruxmaps, il y a quelques semaines dans notre rubrique en bref. Il s'agissait d'un post de Nicolas Moyroud sur l'intégration d'OSM dans Oruxmaps. Vous l'avez compris Oruxmaps est une application mobile pour la randonnée. Nous revenons cette semaine sur cette application, avec une présentation en ligne de l'application qui permet de randonner à l'étranger sans surtaxe opérateur. Bonne vidéo !

 

Concours Geoportail

Comme chaque année depuis 4 ans, il y a le concours Geoportail de l'IGN à l'automne... Cette année, les règles sont plus souples, vous pouvez utiliser une autre API que l'API Geoportail, il vous suffit d'intégrer au moins un service du Géoportail (WMS, WFS, CSW, géocodage...). Pour plus d'infos consulter cette page. Bonne chance !

Les déterritorialisations du vecteur

Comme on aime bien clôturer nos revues de presse par un peu d'art ou de culture, cette semaine nous vous présentons une conférence-spectacle. Ce format est assez atypique, mais vraiment intéressant, s'instruire en s'amusant quoi de mieux? Je vous laisse découvrir ce géo-spectacle, joué par un acteur-géographe, Frédéric Ferrer. Bon spectacle !


"LA CLAIRIERE", Frédéric Ferrer, Les... par centrepompidou

En bref

 

Ajouter un commentaire