2
02 oct 2013

Il n'est pas dans notre habitude de parler politique sur Géotribu, mais il est parfois nécessaire de faire quelques entorses à notre ligne de conduite. Surtout quand cela touche directement notre métier et notre reconnaissance. En effet, j'ai appris ce matin que le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche était actuellement en train de préparer un nouveau cadre national des formations et de revoir la nomenclature des diplômes. Jusque-là, rien d'exceptionnel c'est un peu leur métier. Là où je grince des dents, c'est que ce projet ne prévoit pas en l'état actuel de mention géomatique, ni en licence, ni en master. Pour le futur de notre profession, il est particulièrement important de faire reconnaître nos spécificités et de faire valoir l'existence d'une mention "Géomatique" !

Pourquoi une mention Géomatique ? Aujourd'hui, ce domaine, ou plus globalement la composante spatiale, est un important vecteur d'innovation. Constat qui ne devrait que s'amplifier dans les années à venir. FourSquare, Google Maps, sont autant d'entreprises qui font de cette composante leur coeur de métier. A quand remonte la dernière fois que vous vous êtes rendus quelque part sans consulter auparavant une carte sur internet ? Nous avons déjà du retard dans le domaine, n'aggravons pas la situation ! Au passage, et afin d'appuyer cet argumentaire, je vous conseille la lecture de ce billet récemment paru sur le blog de Harvard, ainsi que cette étude et cette excellente infographie réalisée par Oxera pour Google. À titre d'info, il ressort que le marché potentiel des technologies géo-spatiales est tout de même estimé plusieurs centaines de milliards de dollars (entre 150 et 270 milliards).

Malgré l'excellent travail de communication mené par quelques associations et comités de recherche, il est vrai que la géomatique reste peu connue en France. Mais, pour donner un autre éclairage à ce texte, prenons l'exemple du Canada où j'ai actuellement la chance de travailler. Ici, les élèves apprennent très tôt ce qu'est la géomatique et il existe des formations spécialisées dès le Bac. Certaines universités telles que celle de Laval ou de Sherbrooke proposent même un cursus complètement dédié à cette manière. Inutile de vous dire l'excellent niveau qu'ont ces élèves en sortie de diplôme.

Comment en sommes-nous arrivés là en France ? J'y vois trois principales raisons.
Tout d'abord, le système universitaire français aime bien que tout soit correctement rangé dans des cases. Or, la géomatique, avec son aspect, pluridisciplinaire gêne. À y regarder de près, nous avons de l'informatique, de la géographie, des statistiques ou encore des domaines plus thématiques (écologie, biologie, etc.). Comment faire pour mettre cela dans les programmes ?
Seconde raison : malgré l'importance actuelle de cette discipline, importance qui n'ira qu'en s'accentuant, le métier de Géomaticien reste méconnu. Cette situation est en partie dûe à la raison précédente. En effet, en ne proposant aucune spécialisation, certains étudiants obtiennent un diplôme avec un composante en géomatique sans pour autant réellement en faire. Avoir fait un TP sur Arcgis ne fait pas de vous un géomaticien.
Enfin, pour terminer sur les raisons potentielles, il y aussi le fait que bien souvent la géomatique n'est vue uniquement au travers de son prisme technique plutôt que scientifique. Pourtant, la recherche dans le domaine existe et les thèmes potentiels particuliérement nombreux. Qualité de la donnée, représentation cartographique ou encore modélisation spatiale sont autant de thématiques sur lesquelles nous travaillons. Mais bon, là encore on en revient à mon sens au problème de formation initiale qui entraîne une méconnaissance de notre métier.

Cette méconnaissance est actuellement déjà dommageable pour certains d'entre nous. Dans le cadre français, des géomaticiens se voient refuser l'accès au concours d'Ingénieur de la fonction publique pour l'absence de "caractère scientifique et technique" de leur formation. La reconnaissance de la matière en tant que science serait le moyen de contrecarrer cette mauvaise appréhension de notre domaine.

C'est pourquoi, Madame et Monsieur les ministres, je serais d'avis de proposer la géomatique en tant que matière à part entière à l'université. Dès l'entrée en Licence 1, offrons aux étudiants un programme pluridisciplinaire et faisons de la géomatique un levier d'innovation. D'autant plus, que dans les 10 professions identifiés comme métiers d'avenirs, on retrouve... La géomatique !

Bon, ceci étant dit étant passé, revenons à l'objet principal de ce billet qu'était effectivement ce nouveau cadre, mais surtout la pétition initiée par différents grands noms du domaine. N'hésitez pas à la signer et surtout à la diffuser :

"Pour: Madame la Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

    À l'occasion de la préparation d'un nouveau cadre national des formations, le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche entend réformer la nomenclature des diplômes. Dans l'état actuel de ce projet, il n'existe pas de mention Géomatique attachée à un diplôme de Licence ou de Master. Ceci est tout à fait surprenant, compte tenu de l’importance grandissante que prend la géomatique dans tous les domaines de la vie contemporaine : aménagement, environnement, développement durable, communications, déplacements... Elle est au cœur des grands enjeux fondamentaux de la recherche actuelle: big data, changement climatique, "smart city", réseaux intelligents, réalité augmentée, nouvelle citoyenneté ...

    Cette absence de mention géomatique est tout à fait contradictoire avec l'objectif d'améliorer la lisibilité des cursus par les étudiants et les entreprises. Cela pénalise gravement un domaine professionnel par nature pluridisciplinaire où la recherche est dynamique, le marché de l'emploi très actif et où le repérage de formations adaptées est indispensable.

    Nous demandons à ce que soit créée une mention géomatique en Master, accessible dans tous les domaines et particulièrement en Sciences Humaines et Sociales (SHS) et Sciences, Technologie, Santé (STS). Un intitulé Géomatique doit aussi être ajouté à la liste des Licence générales ou professionnelles avec pour domaines de rattachement SHS et STS."

A propos de l'auteur: 
GeoTribu

Toute l'actualité de la géomatique Open Source ! Mais aussi des tutoriels, des billets de blog, des tests et surtout une bonne humeur géographique !

Commentaires

Bonjour,

Il existe une licence professionnelle Géomatique et Environnement, en co-habilitation entre l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’ENSG, mais en V.A.E.
C'est vrai qu'autrement en parcours à la fac il n'y a rien...

Cordialement

@ penverne marie. Je ne sais pas d'où vous tirez l'idée qu'à la fac il n'y a pas de diplôme en géomatique, mais c'est complètement faux. Il existe de nombreux diplômes universitaires, Licence ou Master en géomatique. Allez-voir sur ce site : http://georezo.net/wiki/formation/start.
La question n'est pas qu'il n'y aura plus de diplômes dans ce domaine à l'université. C'est qu'ils seront moins visibles car la réduction des mentions possibles ne leur permettra plus d'être repérés facilement comme des diplômes en géomatique.