2
20 sep 2013

Vous l'avez peut-être noté, mais notre billet est paru avec un peu de retard. La raison, au choix selon les rédacteurs : grippe, FOSS4G 2013 ou encore surmenage professionnel. Bon, en plus on attendait également patiemment la sortie de QGIS 2.0 ! Nous n'allions tout de même pas clôturer cette semaine sans parler de cet événement majeur. D'autant plus, qu'Anita Graser nous en offre une excellente introduction avec la récente parution de son ouvrage.

Mais ce n'est pas une raison pour que cela éclipse les autres news non ? Tout d'abord pas mal de sorties cette semaine avec un bon bol de Python. On discute aussi d'OpenGeo Suite dont la version 4.0 est disponible en bêta, mais surtout du changement de nom de la compagnie mère.
Passons ensuite à OpenStreetMap avec cette application vous permettant d'utiliser les données OSM dans une base Microsoft SQL Server. Profitez-en pour voir votre impact OSM grâce à cette superbe réalisation de chez MapBox.

Côté carto, nous avons quelques projets avec notamment Urban Observatory dont l'architecture se dévoile ou encore cette magnifique réalisation de Nathan Yau représentant les déserts alimentaires aux États-Unis.
Enfin, terminons par un bon bol d'un  peu de tout à savoir, un tuto sur R ou encore cette vidéo des dynamiques Européennes sur le thème de Game Of Thrones.

Vous le savez peut-être, mais certains de nos rédacteurs ont passé quelque temps en Amérique du Sud. Pour accompagner cette revue de presse, ils nous ont choisi cette semaine un cocktail au doux nom de Pisco ! Idéal pour souhaiter la bienvenue à notre nouveau contributeur : Etienne Delay que certains d'entre vous connaissent ou suivent peut-être déjà via son Twitter ou son blog l'aménagerie. Salud muchacho!

Accès direct à : Sorties de la semaine | OpenStreetMap | Représentation Carto | Divers |

Sorties de la semaine

Un pro de la météo avec PyTroll

Certes, le nom PyTroll prête à sourire mais sachez que si vous travaillez dans le domaines météorologique et que vous êtes fan de Python alors cette bibliothèque pourrait vous être bien utile. D'autant plus que certains de nos lecteurs sont très soucieux de l'exatitude de nos prévisions ! Composée de 6 principaux modules, celle-ci vous permettra notamment de lire et traiter des données météo de différents formats ou encore de créer les cartes correspondantes. Par exemple, les quelques lignes de code ci-dessous permettent d'afficher cette belle image en RGB.

>>> from mpop.satellites import PolarFactory
>>> from datetime import datetime
>>> orbit = "13173"
>>> time_slot = datetime(2011,8,29,11,40)
>>> global_data = PolarFactory.create_scene("noaa", "19", "avhrr", time_slot, orbit)
>>> global_data.image.channel_image(10.8).show()

MapProxy 1.6

La version 1.6 de MapProxy, solution open source de cache de données spatiales, est sortie. Au menu des nouveautés, on compte notamment une nouvelle API pour manipuler les images, 2 nouvelles méthodes de cache, le support de la libraire Python de traitement d'images Pillow et pas mal d'autres choses.

 

 

Fiona passe en version 1.0.2

Bon ben décidément, c'est le lot des sorties Python. Cette fois, c'est la bibliothèque Fiona qui passe en version 1.0.2. Pour rappel, Fiona est une réécriture du code python de gdal/ogr afin de le rendre un peu plus « pythonesque ». Par exemple, les classes spécifiques à OGR ont été remplacées par des objets pythons (dictionnaire, mapping, etc.).

OpenGeo Suite 4.0-beta

2 grosses nouvelles cette semaine du côté de OpenGeo, enfin de Boundless plutôt. Eh oui, rien que ça, ils ont changé de nom. Si vous voulez des explications sur ce changement, on en parle aussi à la fin de ce billet. Et donc la 2ème news, c'est la sortie de leur fameuse suite OpenGeo en version 4.0 bêta. C'est une version majeure avec des "upgrades" de plusieurs briques logicielles composant la suite, un installateur plus robuste et plus simple, le support des données LiDAR et du CSW. Et OpenLayers 3 et surtout QGIS (au travers d'un plugin permettant de publier ses données) sont annoncés pour bientôt. Ça donne envie tout ça !

GeoServer 2.4

Geoserver vient de sortir en version 2.4 stable. Plus que la liste des modifications depuis la RC2, ce qui peut vous intéresser sont les changements apportés par cette nouvelle version. Si vous voulez la télécharger, c'est par ici et les plus motivés et polyglotes d'entre vous peuvent aider à la traduction sur transifex. Et comme d'hab GeoTools suit avec la sortie de la version 10.

QGIS 2.0 : Dufour

Ca y est, c'est fait, la version 2 du logiciel SIG libre est disponible aux téléchargements. Si un paquet de dictons tels "Mieux vaut tard que jamais" ou "Tout vient à point pour qui sait attendre" seraient certainement de circonstance après une annonce qui s'est fait attendre depuis la fin du 1er trimestre, on ne peut que se réjouir de cette nouvelle étape majeure dans le monde du SIG libre. Bien sûr la mise à jour amènera certainement son lot de bouleversements, notamment en ce qui concerne les habitudes, les plugins (voir le billet de blog de Nathan), l'API (voir l'article sur le Portail SIG), etc.

N'oublions pas de remercier et de féliciter l'ensemble des développeurs pour leur travail acharné et de qualité. D'ailleurs si vous vous sentez de participer à ce grand projet, rappelons que les portes sont grandes ouvertes via une section du site officiel désormais dédiée ainsi que le dépôt GitHub. Notons enfin que GéoRezo a saisi l'opportunité pour dédier leur 19è forum à QGIS.

 

OpenStreetMap

Un peu d'OpenStreetMap dans votre Microsoft SQL Server ?

Vous le savez certainement, mais l'architecture d'OpenStreetMap est basée sur le couple PostgreSQL/PostGIS. Bien qu'il s'agisse pour moi de ce qui se fait de mieux, il se peut que pour différentes raisons vous ne puissiez disposer de cette base de données. De plus l'essentiel des outils étant sur Linux, le Windowsien se retrouvera fort dépourvu. Si c'est le cas, sachez que le projet OSM2mssql vous permet d'importer des fichiers .osm dans une base Microsoft SQL Server.

Une interface graphique permettant de réaliser ce processus est également disponible.

Visualisation des données d'OpenStreetMap par contributeur

Bon on va encore nous accuser de faire trop de pub à MapBox, mais il faut dire que ces mecs là ils déchirent leur race ! Scusez cet écart de langage, mais honnêtement c'est la première chose qui m'est venue à l'esprit quand j'ai vu la dernière réalisation de Eric Fisher. Ce "data artist" comme il se définit lui même à attribuer une couleur à chaque objet OSM en fonction du dernier contributeur.

L'analyse des différents "patterns" de contribution par pays est particulièrement intéressante. Certaines zones comme Londres créées de véritables compositions colorées où tout se mélange alors que d'autres comme les États-Unis sont beaucoup plus ordonnancés.

En tout cas, le résultat est tout simplement magnifique, encore bravo pour cette réalisation !

Représentation Cartographique

Urban Observatory

Urban observatory est un projet qui date un peu, puisqu'il a été présenté à la conférence ESRI de San Diego en juillet. Mais nous ne pouvions pas passer à côté de cette news, c'est pourquoi on revient sur ce projet très intéressant! En quoi ça consiste? Tout d'abord, ce projet a été impulsé par Richard Saul Wurman, le créateur des conférences TED. Il souhaitait mettre en place un outil permettant de comparer plusieurs grandes villes mondiales. Il s'est rapproché de ESRI pour mener à bien son idée.

L’outil se matérialise par un ensemble d’écrans tactiles. L'utilisateur a la possibilité de choisir parmi différents indicateurs (trafic routier, végétation, densité de population, démographie…), ainsi que les espaces urbains qu'il souhaite comparer. Les écrans tactiles de très grande taille facilitent la visualisation tout en permettant d‘interagir avec les données et les indicateurs choisis. Un aperçu de l'architecture par ici.

À la recherche des déserts alimentaires

Nathan Yau est propriétaire du blog flowingdata sur lequel il fait part de découvertes trouvées ça et là sur le net dans le domaine de la data science, en particulier de la dataviz.

Il propose aussi des tutoriels, la majorité réalisée sous R et la librairie ggplot.

Dans cet article, il expose une carte des "déserts alimentaires". Pour la réaliser, il a disposé une maille régulière de 9600 points espacés tous les 32 kilomètres sur les États-Unis. Ensuite, il a essayé de trouver pour chaque point, sur la base de données google, où était l'épicerie la plus proche. Les endroits où les fuseaux sont les plus longs indiquent les endroits où il semble être le plus difficile de trouver ce type d'enseigne.

L'auteur de la carte aurait tout aussi bien pu privilégier l'approche classique de la densité de points mais il a préféré être original et tenter le concept de densité de lignes. La carte met en évidence les zones désertiques et non l'inverse. Or, c'était bien ce à quoi s'attachait l'auteur. Une représentation pertinente et surprenante qui propose un nouveau type de représentations.

Vous trouverez ses remarques concernant le résultat dans son article.

 

Glooble

Quand on pense à Google et à la cartographie, on pense presque immédiatement à Google Earth. Ce logiciel, acquis auprès de la société Keyhole inc., permet aux utilisateurs de s'immerger dans un territoire depuis leur ordinateur, avec des temps de chargement très rapides.

Le "globe" est emblématique de la société californienne et sert de support à toute une série de visualisations pour son équipe de "data art" dans des thèmes assez variés. Ces expérimentations WebGL sont marquées sous le label de "chrome experiments".

Quand elle choisit de représenter le nombre de requêtes google par langue parlée, ou bien la population mondiale en différentes années, la Terre se met à ressembler à un hérisson...

...mais on pourra regretter qu'une légende soit absente de la première carte : quelle couleur pour quelle langue ? Certes, c'est beau, mais on manque l'information essentielle...

Virtualisation des ménages à l'échelle fine aux USA

Quand on travaille dans le monde de la simulation et en particulier des SMA (systèmes multi-agents), on se pose régulièrement des questions à propos du nombre d'agents à intégrer dans une simulation et des caractéristiques de ces populations simulées. C'est dans ce sens que le projet issu du NIGMS (Nationnal Institute of General Medical Sciences), a attiré notre attention.

Leur idée ici est de simuler et spatialiser des populations, à partir de l'open data, qui soient suffisamment proches de la réalité sans pour autant être issues de collectes qui mettent en jeu la "vie privée". Chaque point du projet The Synthetic Population Viewer, représente un ménage américain créé de manière artificielle à partir des données statistiques du "census bureau". On peut alors observer des phénomènes de ségrégations spatiales à une échelle très fine sans pour autant être en mesure d'identifier les individus. Le résultat est frappant!!

Cartographie des ménages américains

Divers

Un peu d'R

Avec l'arrivée d'un nouveau venu dans notre équipe, il se pourrait bien que vous entendiez de plus en plus parler de R. En attendant qu'il se présente et qu'il nous fasse pleins de tutos, je vous propose de consulter cette sympathique introduction parue sur le blog Molecular Ecologist. Vous y apprendrez notamment comment manipuler des données géographiques et créer les cartes correspondantes.

Des nouveautés foncièrement MAJIC

Il est vrai que nous parlons assez peu cadastre ou urbanisme sur GéoTribu. Bon en même temps, certains le font beaucoup mieux que nous. Alors plutôt que de dire n'importe quoi, je préfère vous laisser consulter les deux billets récemment parus sur le blog Parcellair de Géorezo. Le premier porte sur les nouveautés apportées par ce cru Majic 2013 et le second est un complément d'information.

 

 

Game of thrones sur une carte de l'europe

Pour retracer les dynamiques des territoires de l'Europe avec pédagogie, quoi de mieux qu'une vidéo qui s'appuie sur la thématique d'une série de livres et TV à succès ? (source : freakonometrics)

PLU et règles d'urbanismes

Une vidéo proposée par la ville de Strasbourg trouvé sur Twitter (merci @) qui fait le point sur les règles d'urbanisme des secteurs UAA . Vous pourrez noter que la ville de Strasbourg est une grande pourvoyeuse de vidéos pédagogiques!


Les règles d’urbanisme en 3D : la zone UAA... par VilledeStrasbourg

Tout savoir sur QGIS 2.0

Que vous soyez un débutant ou un utilisateur confirmé du fameux logiciel QGIS, je suis certain que vous serez heureux d'apprendre la disponibilité de l'ouvrage : "Learning QGIS 2.0". L'auteur n'est autre que la très populaire Anita Graser. Dans son ouvrage divisé en 5 chapitres, vous apprendrez comment  :

  1. Bien démarrer avec QGIS
  2. Afficher vos données géographiques
  3. Créer et éditer des données géographiques
  4. Réaliser des analyses spatiales
  5. Créer vos cartes

Un livre à posséder absolument dans votre bibliothèque !

 

OpenGeo n'est plus, Bonjour Boundless

Défenseurs du logiciel libre, nous imaginons le futur Open. Mais pour l'équipe d'OpenGeo cela n'est pas suffisant. En effet, pour eux l'avenir est sans limites ! D'où un récent changement de nom, de site, mais rassurez-vous pas de projet ! La fameuse société porteuse de différents projets populaires comme OpenGeo Suite ou encore MapMeter se nomme désormais Boundless !

Côté management, la ligne directrice de la société reste inchangée. Néanmoins, je ne serai pas surpris que d'importantes nouvelles soient annoncées d'ici peu. En effet, un changement de nom n'est pas anodin et il faut rapidement marquer les esprits afin que celui-ci remplace le précédent. À voir donc !

En bref

Commentaires

Commentaire: 

A partir de la version 2.0 le nom Quantum GIS n'est plus utilisé : on doit dire QGIS tout simplement. C'est vrai que 2 noms pour le même logiciel pouvait être source de confusion !

Commentaire: 

Merci pour la précision, c'est corrigé :)

Ajouter un commentaire