09 aoû 2013

Même en plein été on ne chôme pas chez GeoTribu, cette semaine pas mal de trucs avec notamment une nouvelle version de Monteverdi, une carte glissante de Buenos Aires plutôt réussie, une étude sur l'utilisation des différents fonds cartographiques. Chez OSM une actualisation plus rapide des traits de côte et le passage à CartoCSS pour le style en lieu et place du XML utilisé jusqu'alors. Pas mal de représentations cartographiques avec des plans de ville qui auraient pu être, une étude sur la perception urbaine et les inégalités, un joli 'plan oblique' et "Que faire dans le Var quand il pleut ?". Puis quelques lectures à apporter à la plage : "l'évolution de notre carrière géomatique". MapBox sur Mars, une compilation d'informations et de ressources sur l'offre en images satellites et une demande d'avis sur un format de package de nos données géographiques par l'OGC.

En tout cas, nous vous souhaitons de bonnes vacances si c'est le cas et sinon bon courage au boulot !

Bonne lecture !

Accès direct à : Sorties de la semaine | Client | OpenStreetMap | Représentation Carto | Divers |

Sorties de la semaine

Monteverdi 2 passe en version 0.4

Orfeo Toolbox, Monteverdi, si vous êtes un habitué de nos revues de presse ces noms ne devraient pas vous êtres inconnus. Pour rappel, Monteverdi est une interface graphique s'appuyant sur Orfeo Toolbox permettant d'effectuer un grand nombre d'opérations sur des images satellites. Depuis peu, la nouvelle version (0.4) de Monteverdi 2 est disponible. Celles-ci apportent notamment, une meilleure gestion des images (ouverture de plusieurs images en même temps), de nouveaux rendus (ex : nuance de gris) mais surtout la possibilité d'effectuer vos traitements directement depuis Orfeo Toolbox. N'hésitez pas à télécharger cette nouvelle version et faire part de vos commentaires/bugs aux développeurs du projet.

Client

Plan oblique

Chez GeoTribu, on aime les cartes ... tiens vous vous n'en étiez pas douté je suis sûr. Donc quand une représentation nous plaît, c'est avec plaisir que nous vous la faisons suivre. Cette semaine, une chouette représentation - plan oblique - drapé d'une couche de stamen design. Merci à Bernhard Jenny et Tom Patterson pour cette carte glisssante. Le pdf d'explication c'est par ici !

Que faire quand il pleut ?

Parfois dans le Var ... il pleut ... paraît-il ... je ne suis pas sur place pour vérifier.

En tout cas une question récurrente à l'office du tourisme de Hyères, c'est "Qu'est-ce qu'on peut faire quand il pleut ?". Du coup ils ont produit une petite carto avec une douzaine d'activités pointées. Notons que cette application a été créée avec le fabuleux service uMap. (Via @hyerestourisme)

Carte interactive de Buenos Aires

Bon ok, à moins d'aller en Amérique du Sud, la probabilité que vous ayez à utiliser cette carte de Buenos Aires est assez faible. Néanmoins, le résultat final de cette application est particulièrement réussi et mérite largement que nous en parlions dans notre revue de presse. Côté technique, nous avons un mix entre MapServer, PostGIS et PgRouting pour le backend et OpenLayers pour le frontend. Jeff McKenna nous apprend que pour aboutir à un tel résultat, plus de 250 mapfiles ont été créés.

Les fonds de carte populaires

Bon, on ne peut pas vraiment dire que l'échantillon (123) de cette étude soit vraiment représentatif, mais cela permet au moins de dégager quelques grandes tendances. Google reste le fournisseur privilégié. Néanmoins, on notera une importante percée d'OpenStreetMap. En effet, si on assemble OSM Mapnik, Stamen et Mapbox, nous arrivons tout de même à une part conséquente. Personne n'aurait parié dessus il y a quelques années et pourtant...

OpenStreetMap

OpenStreetMap parle maintenant le CartoCSS

Le style de la carte d'OpenStreetMap (OSM) a changé mais pas la peine de chercher vous ne trouvez aucune différence. En fait, c'est dans sa formalisation qu'il y a du nouveau. Out le XML et bonjour le CartoCSS. Largement popularisé par Mapbox, CartoCSS avec sa syntaxe proche du CSS est plus facile à prendre en main et surtout plus compréhensible. Pour en apprendre plus, je vous propose cette sympathique présentation de Tom Macwright ainsi que cette vidéo réalisée lors du dernier SOTM-US. (Source : Blog d'OSM)

Des lignes de côtes actualisées

Continuons à discuter de l'apparence de la carte OSM avec cette nouvelle qui ravira les impatients des lignes de côte. En effet, jusqu'à récemment, il fallait attendre plusieurs mois avant de voir les modifications effectuées. Ce processus d'update se fera dorénavant à un rythme d'une fois par semaine. (source : OSM Mailing list)

Représentation Cartographique

Des plans de ville qui révèlent ce qui aurait pu être

La revue renommée Wired a récemment ouvert une section appelée "maplab" parlant des cartes.

Dans cet article, elle parle de la page tumblr d'Andrew Lynch  qui expose des plans qui n'ont jamais été mis à l'oeuvre. Ces plans sont issus de librairies, d'archives municipales et de recoins obscurs de la Toile. On s'attache ici à l'"hyper-réalité", soit, de la jonction entre la fiction et la réalité. Il s'agit de "regarder le passé par la fenêtre du présent", indique l'auteur.

Parmi ces cartes, on trouve entre autres un plan autoroutier de San Francisco datant de 1968 ou encore un plan d'aménagement urbain du Lower Manhattan qui n'ont jamais été appliqués (voir image ci-dessous).

Perception urbaine & inégalités

L'étude suivante, conduite aux États-Unis  est plutôt intéressante dans ce qu'elle présente et, surtout, du point de vue de la méthode adoptée.

Des images issues de Street View étaient présentées à des utilisateurs par le biais d'un portail, pour lesquelles il était demandé de qualifier la sécurité de l'endroit photographié. Une fois cela réalisé, les données de perception urbaine ont été croisées avec des données objectives de criminalité et d'autres, d'ordre sociologique comme le revenu, le nombre d'habitants, l'âge.

Ils se sont aperçus que la perception urbaine améliorait beaucoup leur modèle prédictif de criminalité. Leur conclusion est que ces mesures subjectives issues de l'imagerie en ligne combinée au crowdsourcing peuvent aider à caractériser de manière fiable des villes, notamment du point de vue des inégalités sociales.

Divers

Google Maps View

Tiens encore un nouveau service Google : cette semaine c'est Google Maps View. Ce service permet de partager vos prises de vue à 360° pour les intégrer sur une carte Google Maps. Plutôt sympa comme service - ça ressemble néanmoins furieusement à Photosynth de Microsoft. Bon voyage parmi les photos !

via Clubic

Mapbox souhaite un joyeux anniversaire au Curiosity Rover

Chez Mapbox, un agent, Chris Herwig, est obsédé par la mission du Curiosity Rover sur Mars .

L'article suivant, publié dans la section Maplab de la revue wired, relate la petite aventure qui se cache derrière la création d'une interface de suivi de l'itinéraire du robot martien, pour célébrer sa première année de mission.

Il expose les difficultés techniques qui se sont posées. Récupérer la carte de base n'a pas fondamentalement posé de problème contrairement à l'obtention du tracé. En effet, nul GPS sur Mars et celle-ci possède son propre système de longitude/latitude dénommé SPICE.

Chris a pu récupérer les données odométriques, soit les distances à partir du site d'atterrissage exprimées en x et y ainsi qu'un fichier géolocalisant des photos prises de la Planète Rouge. Au final, le tracé a été produit au format GeoJSON.

Il s'est ensuite amusé à projeter le tracé sur la Planète Bleue et s'est aperçu que le robot traverserait sur Terre la jungle indonésienne. Mapbox a comme idée de projeter ce tracé dans des villes comme San Francisco ou New York.

On demande votre avis sur le futur standard OGC GeoPackage

Vous ne le savez peut être pas, mais l'Open Geospatial Consortium (OGC) dont le rôle est de définir les standards dans le domaine du spatial planche sur un nouveau format nommé GeoPackage (GPKG). L'idée est simplement de proposer un moyen de regrouper l'ensemble des données dans un seul et même fichier facilement transportable. Si vous mettez les mains dans le cambouis vous conviendrez que cela ressemble furieusement à du SQLite. Pour tout vous dire c'est cette base de données qui a été choisie.

Si vous souhaitez en apprendre plus je vous propose de consulter les spécifications de ce futur standard puis à faire de vos remarques au GPKG working group.

Les satellites ont le vent en poupe

Dernièrement la société MapBox fait beaucoup parler d'elle avec son travail sur les photos satellites. Néanmoins, d'autres acteurs émergent ou repassent au-devant de la scène. Nous vous proposons de retrouver une petite liste d'entre eux grâce à une petite compilation issue de discussions Twitter sur le sujet (cherchez le hash tag #geowebchat).

Le document est déjà compilé (pas par nous) et fait référence aux gros acteurs dans les satellites, aux acteurs s'appuyant sur des micro-satellites et à quelques cas d'usages. N'hésitez pas à le consulter

Nous vous proposons aussi de lire cet article de MapBox sur la manière d'exploiter les images satellites de Spot 6.

Bonne lecture

Points de vues SIG, géomatique: quelques lectures de l'été sur l'évolution professionnelle

Une fois n'est pas coutume, nous n'allons pas aborder énormément une partie technique mais plus organisationnelle en restant majoritairement dans le domaine de la cartographie.
Pour ceux qui font/ont fait ou feront de la géomatique leur métier, cela donne des éclairages intéressants. Ainsi nous vous invitons à lire un avis très pessimiste de Christopher Schmidt, un des développeurs de OpenLayers. Pour comprendre le contexte, il est passé d'un environnement de startup (Metacarta) à celui d'une multinationale (Nokia et plus particulièrement Here), sa startup ayant été rachetée. Son boulot se concentre sur un seul produit plutôt que sur le développement d'une multitude de produits moins aboutis.
Un deuxième point de vue intéressant est celui de Steve Coast, fondateur de OpenStreetMap, qui après avoir fondé sa startup, Cloudmade est allé chez Microsoft. Il soulève le fait que les premiers innovateurs ne sont pas forcément ceux qui gagnent. Cela pose plutôt la question de l'innovation au regard de la prédisposition de la clientèle et du marketing. Il en va de même pour la carrière, le contexte joue.
Enfin pour ne pas finir pessimiste, nous vous invitons à lire cet article "non géographique" qui montre comment il est possible d'aborder des changements professionnels, en particulier les changements de rôle. Cette dernière lecture est surtout intéressante pour ceux qui ne sont plus des juniors et qui commencent à évoluer, prendre des responsabilités.
Je recommande d'ailleurs aussi de lire en complément le principe de Peter. Vous apprendrez plein de choses sur vous même et serez plus à même de gérer votre carrière.
N'oubliez pas non plus que les deux premiers avis sont intéressants mais à prendre avec des pincettes: ils sont écrits par des gens qui ont toujours été à la pointe de l'innovation et qui commencent à être dans le train-train.
Pour finir sur de l'optimisme, pensez à l'équipe GeoTribu, toujours motivée, qui produit la revue de presse toute l'année !

En bref

Ajouter un commentaire