29 oct 2010

Commençons cette revue de presse avec OpenStreetMap. Ce projet de cartographie collaborative qui fait de plus en plus parler de lui a été à l'honneur lors des 12èmes Journées du Logiciel Libre (JDLL 2010). A cette occasion, Nicolas Moyroud a présenté "comment réaliser une carte pour le Web avec OpenLayers et OpenStreetMap" et "Apprendre à contribuer au projet OpenStreetMap avec JOSM". Ses supports sont librement téléchargeables sur son site internet.

Accès direct à : Sorties de la semaine | Client | OpenStreetMap | Représentation Carto | Divers |

Sorties de la semaine

MapWorld, un concurrent chinois de Google Earth

Cela fait déjà quelque temps que le torchon brûle entre le gouvernement chinois et Google, c'est pourquoi il n'est pas étonnant que la république populaire ait décidé de créer un concurrent direct à Google Maps / Earth baptisé Mapworld. Mais, si le nom possède une consonance internationale, l'interface est entièrement en chinois tout comme les informations présentes sur la carte. Le mandarin comme seconde langue est donc obligatoire ! Cette information a été abondamment relayée sur les différents blogs tels que ogleearth ou encore Geographie 2.0 (fr). Petit clin d'oeil avant de conclure cet épisode asiatique, un coup d'oeil au code de source montre que l'application utilisée pour récolter les statistiques des utilisateurs est Google Analytics... Oui, oui ça a de quoi faire sourire !

mapWorld.png

OpenHeatMap

Enfin terminons ce billet par un sujet que nous avions déjà abordé lors de notre précédente revue de presse, à savoir les HeatMap. La semaine dernière nous vous présenté Acid Maps qui est un serveur permettant la création de Heat Map. Mais, ce dernier nécessite la mise en place d'une infrastructure qui n'est peut-être pas forcément à la portée de tout le monde. C'est pourquoi nous tenions à vous présenter OpenHeatMap qui permet de créer un résultat similaire en se basant simplement sur un fichier csv ou un tableau GoogleDocs.

openheatmap.png

Client

GeoExt: histoire de licences

La question de la licence de GeoExt a longtemps fait débat. En cause, la contrainte de viralité qu'impose celle-ci lors de l'utilisation de la librairie ExtJs. Ainsi, sans souscription à une licence commerciale, le code complet de toute application produite avec cette librairie devra etre automatiquement redistribué et partagé sous licence GPL. Si vous avez encore quelques doutes ou besoin d'éclaircissement, je vous invite à consulter ce rappel réalisé par l'équipe de GeoExt.

OpenStreetMap

Retour en enfance

Continuons toujours avec OpenStreetMap, mais en l'abordant cette fois d'une manière un peu plus légère. Pour cela, il est nécessaire de vous rappelez-vous les jeux vidéo de votre enfance où Zelda et Mario n'étaient formés que de quelques pixels. Sur cette même idée, Brett Camper a réalisé une carte (les données proviennent d'OSM) dont la symbologie s'inspire de ces animations en 8 bits. Bien que le résultat soit amusant, je ne serai pas certain de parvenir à retrouver mon chemin dans Paris.

TileDrawer

Encore OpenStreetMap - c'est fou comme ça prend une place considérable maintenant - avec Tile Drawer. Ca commence à dater un peu mais je ne crois pas qu'on en ait parlé sur GeoTribu. Réparons donc cet oubli. Tile Drawer permet de préparer un serveur de tuiles OSM de manière très simple pour un déploiement sur une machine EC2 d'Amazon. C'est très utile pour ceux qui n'auraient pas les envies ni les moyens matériels de le faire tout seul.

Représentation Cartographique

TypoMap

Enfin, concluons sur cet exploit typographique où les objets formant la carte ont été remplacés par des mots. Camille Gévaudan, sur le site Ecrans, nous explique comment la société Axis Map a réussi à nous offrir une autre vision de la réalité. Ainsi, les axes routiers s'habillent en caractère rouge, les zones d'eau sont formés par des lettres bleues et les parcs sont teintées d'un alphabet bleu. Cette réalisation est la preuve du renouvellement possible de la sémiologie même si celle-ci est plus artistique que cartographique.

Divers

FOSS4G

Si comme nous vous n'avez pas eu la chance de pouvoir vous rendre au dernier FOSS4G (2010), rassurez-vous tout n'est pas perdu. Vous pouvez en effet vous consoler en regardant les différentes présentations qui ont été faites. Merci aux organisateurs pour cette excellente initiative.

Ajouter un commentaire