1
06 sep 2012

News.png C'est la rentrée chez Geotribu cette semaine. Le nombre de news recommence à devenir important dans notre veille. Retenez qu'il vous faut suivre les retours du SOTM (State Of The Map), la conférence mondiale sur OpenStreetMap, par exemple sur twitter. Sinon cette semaine, le lot de sorties habituelles avec notamment Udig, Geoserver et Spatialite. On continue avec quelques nouveautés et démos côté Leaflet puis on parle de OpenLayers avec encore des démos et la sortie d'un nouveau livre (en anglais) dont nous avions déjà parlé par anticipation. On finit par quelques news OpenStreetMap et le classique "divers" histoire d'amorcer la fin de semaine en douceur.

 

Sorties de la semaine

Sortie de uDig 1.3.2 Pour ceux qui l'ont peut être oublié, UDig est un logiciel bureautique basé sur Java qui a pour principale force de supporter les services WMS et WFS ainsi que le filtrage CQL et les styles SLD. Il peut aussi s'intégrer pour créer un SIG customisé pour vos besoins. Plus d'éléments sont disponibles sur le blog dédié. Nous vous invitons aussi à consulter la fiche de l'OSGEO Live DVD pour un aperçu général plus complet de UDig.

 

GeoServer 2.2 passe en RC3 Cette version, comme on s'y attend d'une RC, corrige des erreurs mais n'apporte pas de nouvelles fonctionnalités. Vous pouvez consulter l'annonce officielle. Pour mieux vous rendre compte des évolutions qu'apportent la série 2.2.x de Geoserver, nous vous invitons à relire un récapitulatif des nouveautés ou cette présentation plus "sexy". Nous nous attendons aussi à voir surgir de sérieuses nouveautés sur le WPS car OpenGeo, une des compagnies fortement impliquées dans le développement du projet Geoserver, vient se renforcer avec Victor Olaya, développeur de la fameuse bibliothèque de traitements Sextante.

 

Spatialite 4.0.0 arrive en RC1 Nous vous avions déjà présenté les outils de tesselation qui devaient arriver dans cette version de Spatialite. Ainsi nous sommes heureux de vous annoncer cette version. Nous vous invitons à lire comment passer de la version 3 à la 4. Ce qui a attiré notre attention dans cette version, ce sont les mises en conformité avec les normes sur certains nommages qui impliquent quelques modifications non compatibles avec les anciennes versions mais heureusement un outil de migration est prévu. L'autre élément marquant pour nous est l'usage de Liblwgeom, aussi utilisé dans PostGIS qui permet de nombreux apports sur les corrections de géométries mais aussi la segmentation de lignes, l'accrochage en fonction d'une grille ou bien encore le découpage en fonction d'une ligne. Pour Liblwgeom, nous vous invitons à lire la page dédiée à cette effet. Bonne découverte.

 

pprepair : soignez vos polygones dans PostGIS Pprepair est un petit kit d'outils en ligne de commande qui permet de diagnostiquer et, le cas échéant, réparer les polygones d'un jeu de données PostGIS. Une bonne nouvelle car, lorsqu'on y regarde de plus près, les problèmes de géométrie sont souvent légion ! Visitez le mini-site GitHub ou directement le dépôt.

 

GeoAlchemy 2 dans les tuyaux Autre nouvelle de cette semaine, décidément bien chargée, et non des moindres puisqu'il s'agit de l'annonce du développement de la version 2 de GeoAlchemy. Avec déjà quelques années au compteur, il était temps de mettre cette boîte à outils en python à la page des évolutions du géospatial. Il s'agit donc notamment de la rendre compatible avec PostGIS 2, peut-être au détriment d'autres SGBD. Le plan de développement n'est pas encore fixé et c'est bien cela qui est intéressant dans cette annonce : de pouvoir suivre l'évolution du développement d'un outil. Les bases sont néanmoins déjà posées :

 

 

graph-tool : représentez vos stats en python graph-tool est un module python permettant de traiter et représenter les données statistiques. S'appuyant sur de nombreuses autres librairies scientifiques (numpy, scipy...), spatiales (CGAL...) et graphiques (matplolib, graphviz...), graph-tools permet de larges utilisations et de jolis résultats. Côté performances, le recours à la librairie Boost lui permet de rivaliser avec des outils en C++. Bien documenté, la prise en main est facile. Bref, il est temps de l'essayer !

 

 

Côté client

Leaflet et ses amis Leaflet développe de plus en plus un gros écosystème autour de lui. Ainsi OSM Buildings 0.1.6a qui vient de sortir repose dessus. Il permet de gérer des règles complexes sur les couleurs et d'afficher en 3D les bâtiments. Le code est disponible sur Github. Par ailleurs, nous avons identifié des démos françaises (cocorico!!!). Ainsi, vous pouvez voir un rendu de la France utilisant OSM Buildings avec cette première démo. Elle présente quelques bugs mais reste agréable à découvrir. Par ailleurs, une autre démo Leaflet a retenu notre attention moins pour son aspect technique que pour l'usage. Elle sert à décrire un parc zoologique avec l'emplacement des animaux. Si vous avez des enfants, vous saurez où trouver leur animal préféré!! Passez sur la démo et/ou récupérez le code associé.

 

Nouveautés OpenLayers Des démos pour commencer avec l'interrogation de données altitudinales. On pense aussi à comment créer un PDF directement dans le navigateur sans passer côté serveur. On poursuit avec du OpenLayers tout aussi sexy que des démos Leaflet avec de la carte, de l'histoire grâce au site NeatLine. On retrouve ainsi ce que les anglophones appellent les "digital humanities". Enfin, on finit par la sortie d'un livre que nous avions annoncé le "OpenLayers Cookbook" qui vous permettra de monter en puissance ou de prendre en main OpenLayers selon votre niveau de départ.

 

OpenStreetMap

200px-Openstreetmap_logo.svg_.pngJapon : OSM magnitude 5 Toujours aussi jolies et impressionnantes, les vidéos retraçant la chronologie des éditions et ajouts d'OSM sont un vrai bonheur à regarder. Ce coup-ci c'est au tour du Japon d'être le centre d'attention et le rendu des 5 dernières années d'édition est vraiment plaisant à regarder. Elle a d'ailleurs été diffusée lors du SOTM. Bravo donc à ITO.

 

200px-Openstreetmap_logo.svg_.pngLe live d'OSM France au SOTM Cocorico ! L'application de rendu en direct des éditions sur la base OSM était projetée en fond d'écran du Summit Of The Map (SOTM). De quoi rendre fier la communauté française dont l'association s'est fendue d'un tweetpic pour l'occasion : http://pic.twitter.com/pKNqG4Z9. Il faut dire que c'est largement mérité, ce cocktail à base de leaflet est vraiment dynamique et bien réalisé !

 

Divers

nasa.pngMars, et ça repart ! Le robot Curiosity qui parcourt depuis quelques semaine déjà la planète Mars, remet au goût du jour les aventures spatiales et envoie des photos qui en font rêver plus d'un. Le site dédié de la NASA permet de rester en contact. Mais...Mars, c'est donc un nouvel espace à cartographier !! Eh non, évidemment le géant de Mountain Vew a déjà une longueur d'avance avec son site Google Mars qu'il est bon de revisiter en ces temps de curiosité. Mais que fait donc la communauté OSM ?! ;)

 

google_maps_logo.pngLes 10 astuces à connaître avec Google Maps Google Maps est un chouette outil. Parfois on peste un peu contre l'API et ses restrictions, mais l'outil en ligne est bien développé quand même. Je crois que je l'utilise tous les jours d'ailleurs ... oui je sais c'est mal je devrais utiliser un peu plus OSM :/ En tout cas, si vous voulez connaître quelques astuces, suivez le guide. Un petit historique de Google Maps est aussi disponible et très sympa à consulter : de la génèse de GMaps.

 

L'empreinte urbaine des grandes villes mondiales Vous saviez que Lahore était plus dense que Hong-Kong ? Qu'Atlanta était 20 fois moins dense que Le Caire ? Non, moi non plus, du coup allez faire un tour sur LSECities pour devenir à votre tour un érudit !

 

A propos de l'auteur: 
GeoTribu

Toute l'actualité de la géomatique Open Source ! Mais aussi des tutoriels, des billets de blog, des tests et surtout une bonne humeur géographique !

Commentaires

Plutôt que de statistiques, il vaudrait mieux parler d'analyse de graphes et de réseaux car c'est l'objectif principal du module (tous ses algorithmes se réfèrent à la théorie des graphes). Il est cependant très lourd à installer du fait justement de Boost.
Le module Networkx (http://networkx.lanl.gov/), en pur Python, est aussi performant et permet lui d'importer directement des shapefiles et de les traiter comme des graphes ou des réseaux (http://www.portailsig.org/content/python-comment-transformer-un-fichier-...)

Martin