5
29 juin 2012

News.png Cela doit bien être la première fois que nous faisons une revue de presse sans parler d'OpenStreetMap. Il faut dire que Google y est pour beaucoup et qu'il a trusté une grosse partie de notre attention. Tout d'abord avec cette annonce choc de baisse des tarifs, mais aussi avec la sortie de Google Maps Coordinate ainsi que du projet Endangered Languages. Mais Google n'est pas notre seul sujet rassurez-vous. Il y a aussi la sortie tant attendue d'OpenLayers en version 2.12 ou encore celle de Geomoose en 2.6. Au passage, saluons également la performance du géoportail suisse et terminons avec une petite détente en 3D, sans oublier une piqûre de rappel pour renouveler votre adhésion à l'OSGEO-Fr. Bonne lecture et surtout bon WE.

 

Sorties de la semaine

OpenLayers 2.12 est disponible Après de nombreuse "release candidate", la version 2.12 d'OpenLayers est enfin disponible. L'annonce officielle liste quelques une des fonctionnalités apportées. Celles-ci sont notamment :

  • le style des outils de zoom est complètement paramétrable en CSS
  • un cache de tuile pour une utilisation offline
  • des animations CSS pour les tuiles lors des transitions
  • l'amélioration d'un requêteur d'images

Pour la liste complète des nouvelles fonctionnalités, le mieux est de consulter la note de version. En complément, allez voir aussi un nouveau livre sur OpenLayers nommé "OpenLayers Cookbook" et qui est donc un livre de cuisine prêt à l'emploi si vous n'avez pas encore digéré la bibliothèque. Un grand merci de la part de Géotribu à toute l'équipe qui anime et développe Openlayers. Continuez comme ça les gars (surtout pour la version 3.0 :D) !

 

Sortie de Geomoose 2.6 Quand vous voyez le logo et que vous connaissez la traduction de Moose (élan, orignal) vous pensez Grand Nord, Père Noël mais non, non, il s'agit d'un projet reconnu depuis plusieurs années par l'OSGEO. Il s'appuie sur l'utilisation de Dojo Toolkit comme bibliothèque javascript avec OpenLayers et Mapserver côté rendu. Côté code, il utilise sur le serveur le langage PHP. Sa particularité est d'avoir un système qui permet d'avoir de nombreuses fonctionnalités sans coder (ou presque) mais en passant plutôt par de la configuration. Nous vous invitons à vous faire votre idée sur la solution via la démo officielle ainsi que le site principal. Bonne découverte!!

 

Gdal/OGR et les fichiers Shapefile .sbn Bien que la fameuse librairie Gdal/OGR, véritable couteau suisse du géomaticien soit capable depuis longtemps de lire les fichiers Shapefiles, ce n'était pas le cas pour son fichier d'index spatial (.sbn) qui lui est associé (car non documenté). Mais c'était sans compter sur la persévérance de la communauté Open Source et plus particulièrement de Joel Lawhead du blog Geospatial Python qui s'était lancé en 2011 dans l'exploration de ce fichier. Après quelques mois d’errance et grâce notamment à l'aide de Marc Pfister le mystère a été résolu. Les potentialités de ce travail collaboratif ont été intégrées à la version en cours de développement de Gdal/OGR (GDAL 2.0dev) et cela sera disponible par défaut dans les futures versions. Pour les plus impatients le mieux est de suivre Even Rouault qui vous explique la démarche pour l’utilisation de ce fichier .sbn.

 

Open GPS Tracking System en version 2.4.2 Si vous cherchez une application vous permettant de gérer votre flotte de véhicule, alors Open GPS Tracking System vous intéressera certainement. Il permet l'intégration de GPS de différents producteurs et se base pour la partie cartographique sur OpenLayers. Depuis peu, une nouvelle version est disponible (2.4.2) et apporte quelques options de configuration supplémentaires. Par contre les commentaires concernant cette application sont mitigés. Avez-vous eu l'occasion de la tester ?

 

Sorties mineures de la semaine Elles concernent les logiciels qui ont subi une mise à jour qui n'apporte pas de nouvelles fonctionnalités mais se contentent d'améliorer les performances et de corriger les bugs. Ainsi, PostGIS passe en version 2.0.1, allez voir la note de "release" associée pour en savoir plus. Comme toujours ou presque, cette sortie s'accompagne de celle de Geos 3.3.5 (qui est utilisé pour toutes les opérations spatiales dans PostGIS) dont le packaging comportait une erreur (voir la note de version à ce propos).

 

Côté client

Des couleurs, encore des couleurs, toujours des couleurs Deux outils sont passés dans notre collimateur. Le premier permet de jouer avec les couleurs pour se faire sa palette en utilisant des couleurs HCL (difficile à expliquer, voir ce post pour en savoir plus). Il est consultable en suivant le lien. Ce qui le rend particulièrement sympathique à nos yeux, c'est la possibilité de visualiser directement sur une carte thématique par un bouton à droite vos choix, en rejoignant par là même, le comportement du site colorbrewer déjà amplement cité dans nos colonnes. Le second, dans la même veine, vous propose de faire votre choix de couleurs avec le site "Colors for data scientists" initié par le mediaLab de Sciences Po et qui reprend largement les apports de Chroma.js (dont le développeur est "accessoirement" le développeur de Kartograph.js)

 

Un Award pour le géoportail de la Confédération Suisse Petit pays, mais plein de ressources, la Suisse vient une nouvelle fois de démontrer son savoir-faire. En effet, le geoportail de la confédération a été classé second lors des United Nations Public Service Award (2012). Comme le souligne le communiqué de presse, c'est à la fois une distinction internationale, une reconnaissance du travail accompli et la concrétisation d'une démarche tournée vers les citoyens. Un grand bravo à toute l'équipe et félicitations à l'un des principaux architectes de ce projet, Cedric Moullet.

 

Séparer vos marqueurs trop proches avec Leaflet Vous avez une interface cartographique web contenant un grand nombre de données ? Vous aimez bien la fonctionnalité de Google Earth d'explosion de POI trop proches ? Alors ce plugin de leaflet réalisé par George MacKerron vous plaira certainement. Le code source est disponible ainsi qu'une démo.

 

Google

Marche arrière pour Google côté tarification Nous avons déjà abordé à plusieurs reprises dans les colonnes de Géotribu les aléas de la tarification chez Google. Pour rappel, il y a quelques mois la firme de Mountain View avait décidé d'imposer une politique commerciale plus contraignante. De ce fait, certains gros consommateurs (foursquare, Fubra, Nestoria, etc.) avaient mis en place des solutions alternatives pour la plupart basées sur les données d'OpenStreetMap. Les départs occasionnés par ces changements tarifaires, l'impact négatif en terme de communication ainsi que la récente entrée de Apple dans l'univers du Web cartographique ont semble-ils eu raison de la volonté de google à rentabiliser ce secteur. En effet, un billet officiel a été récemment publiée sur le blog Google Geo Developers annonçant une diminution des tarifs annoncés (passant de $4 à 50¢ pour 1000 cartes) ainsi que la suppression de la limitation concernant les cartes personnalisées. Bien que je comprenne la position de Google, cette décision est à mon sens une erreur. J'y vois plusieurs raisons :

  • financer Google Maps, et même si cela a eu un terme négatif en terme d'image, est une étape obligatoire. Ce n'est donc que repousser l'échéance.
  • cette ronde des tarifs, un coup on augmente un coup on baisse n'est pas bonne ! Au final quel est le vrai prix d'une tuile que je télécharge ? Je préfère 100 fois avoir un plan de développement basé sur des tarifs stables.
  • l'ouragan médiatique résultant de l'augmentation des tarifs était passé, il fallait maintenant gérer l'après annonce.

Même si les raisons qui ont poussé Google à changer sa politique tarifaire sont légitimes, je ne suis pas certain que cette décision soit la bonne. Google a développé un savoir-faire et une connaissance de la cartographie qui peut et doit être financé. Sinon le message renvoyé est celui d'une application gratuite ou au mieux à moindre coût ! Je serai tout de même curieux de voir le dénouement de cette histoire.

 

Google Maps Coordinate Google sort Google Maps Coordinate une application mobile qui permet à une entreprise de géolocaliser en temps réel ses employés dispersés sur le terrain et de leur assigner de nouvelles tâches en fonction de leur emplacement et ainsi économiser des ressources et augmenter sa productivité. Ca c'est pour la présentation officielle, avec comme toujours avec Google une belle vidéo à l'appui. Du côté de la critique, voir cet article de Owni.fr qui reprend celui-ci de Wired (en anglais) où est dénoncée la possibilité offerte aux entreprises de traquer leurs employés. A noter également que Google Maps Coordinate ne fonctionne pour l'instant que sur Android (version 2.3 ou plus récente).

 

Langues en danger Google, en partenariat avec les très actifs de Vizzuality, lance le projet Endangered Languages qui répertorie les langues en danger d'extension à travers le monde. L'exploration se fait en naviguant sur une carte. On peut ensuite accéder aux fiches de chaque langue en cliquant sur le point la représentant. Comme souvent avec Vizzuality le design est très propre.

 

Divers

Détente 3D Avec le HTML 5, des nouveaux usages apparaissent et la 3D est l'un de ceux-là. Ainsi, nous vous proposons de retomber en enfance en construisant votre maison en Lego en 3D après avoir navigué sur un fond Google Maps 3D. ça se passe sur le site de Chrome (le navigateur web de Google) Experiments. Allez faire une petite visite. Dans un autre genre, si vous vous êtes intéressé aux transports et en particulier et à tout ce qui est métro, vous allez aimez ces plans 3D des stations Londoniennes. Le projet est présenté avec un peu plus en détail sur le blog du développeur. Il repose sur un mélange de VRML pour le plan 3D d'origine. Ensuite, l'utilisation de Three.js, une librairie javascript pour la 3D permet grosso modo de faire un rendu en Canvas ou en WebGL.

Bing Maps renouvelle ses images Bing Maps fait peau neuve avec 165 TB (165 000 GB) de nouvelles images que Bing a récemment ajoutés à sa plateforme cartographique. Il s'agit pour la firme de la plus grosse intégration réalisée et représente au total près de 38 millions de kilomètres carrés. Il semblerait que celles-ci sont d'ailleurs déjà disponibles pour la communauté OpenStreetMap. De quoi mapper encore plus précisément :)

 

 

OSGEO fr, un petit rappel de vaccination Nous vous rappelons que vous pouvez vous inscrire à l'association OSGEO-fr si vous adhérez aux valeurs de l'OpenSource et des SIG. Si vous voulez en particulier pouvoir voter à la prochaine Assemblée Générale, il faudra vous dépêcher car vous n'avez plus qu'au 2 juillet pour vous mettre à jour. La démarche est simple, vous pouvez soit tout faire en ligne, ou si vous êtes réticent à laisser transiter vos infos via le net, de télécharger et remplir le bulletin d'adhésion puis de le retourner au trésorier. Le tarif, loin d'être excessif, est de 5€ pour les étudiants et chômeurs et de 10€ pour les salariés. Le paiement des cotisations pouvant se faire par chèque, en liquide, par virement ou encore par PayPal. Ce financement permettra notamment de participer aux divers frais de fonctionnement de l'association (publication au J.O., hébergement du site Internet ...). Vous pouvez aussi prendre une part active dans l'association à travers ses comités. En outre, cette année, un projet semble émerger suite à des discussions d'abord informelles avec Françoise de Blomac (organisatrice des rencontres SIG La Lettre). La partie OpenSource serait un peu plus développée en s'associant aux rencontres SIG La lettre. Pour ne pas déformer la compréhension, je vous invite à lire les archives de Juin de la liste de discussion de l'OSGEO fr et en particulier ce topic. N'hésitez pas à vous signaler pour participer soit financièrement via votre société soit par votre investissement "homme". Enfin si vous souhaitez discuter avec les membres du bureau, sachez qu'un chat irc a été officiellement ouvert. N'hésitez pas à venir et vous présenter !

 

A propos de l'auteur: 
GeoTribu

Toute l'actualité de la géomatique Open Source ! Mais aussi des tutoriels, des billets de blog, des tests et surtout une bonne humeur géographique !

Commentaires

Sans attendre son implémentation dans GDAL/OGR, il me semble important de signaler que Marc Pfister propose déjà un traitement de ces fichiers avec le module Python shapefile de Joel Lawhead (https://github.com/drwelby/hasbeen/blob/master/hasbeen.py), beaucoup plus facile à utiliser que le module Python ogr (voir http://www.portailsig.org/content/python-et-les-shapefiles-suite-ou-le-m...)

Martin Laloux

Merci Martin pour cette ressource.
Je ne connaissais pas du tout.

Arnaud

Cela fait toujours plaisir de voir son travail reconnu. Néanmoins, je tiens vraiment à préciser que geo.admin.ch est un projet qui bénéficie de l'enthousiasme de dizaine de personnes. Je ne vais pas les citer nommément tous, mais recensons les rôles clefs. Commençons par les instances politiques et la hiérarchie qui met à disposition des moyens et qui soutiennent le projet. D'autres personnes s'occupent des métadonnées, de la modélisation, de l'acquisition, de la mise en forme et de la diffusion des données. Il faut également gérer le projet, le mettre en valeur et le communiquer. Il faut bien évidemment une infrastructure informatique (cloud computing) efficace et pouvoir bénéficier sur le soutien et les compétences des communautés Open Source, de ses développeurs ainsi que des entreprises actives dans ce milieu. Il faut également le talent des développeurs qui ont codé les outils et services mis à disposition des utilisateurs. Mon seul mérite est dans doute de croire que rien n'est impossible. Et pour résumé: quand mes enfants me demandent ce qu'est mon travail, je réponds inlassablement: "envoyer des mails..." ;-)
Cédric Moullet

Effectivement, un tel projet n'est rendu possible que grâce à l'implication de toute une équipe et aussi avec le soutien des instances politiques, il était nécessaire de le souligner.

Bonne continuation à geo.admin.ch !

Arnaud

qui répertorie les langues en danger d'extension ?? :)