1
13 avr 2012

News.pngCette semaine beaucoup de sorties qui concordent avec la Whereconf 2012 ou le FOSS4G NA (North America) Les contributeurs OSM qui voulaient mapper les arbres en dehors de OSM vont avoir leur outil avec OpenTreeMap. Pour ceux qui s'intéressent à l'analyse spatiale, ils vont pouvoir faire du traitement parallèle ou jouer avec les graphes. On va faire aussi un tour par le bureautique. On divaguera sur OSM et l'opendata et on finira par le reste, inclassable mais si intéressant. Encore beaucoup de lecture en perspective en vous souhaitant une bonne fin de semaine ;)

 

Sorties de la semaine

opentreemap.pngUn peu de verdure dans l'informatique

Si vous êtes un organisme forestier, une municipalité ou toute autre institution ayant pour mission de gérer un inventaire des arbres, alors OpenTreeMap vous intéressera très certainement. Côté technique, il s'agit d'une plateforme Open Source s'appuyant notamment sur Python, PostGIS, GeoServer etc… Une fois installé vous aurez notamment la possibilité de :

  • Rechercher des arbres par espèce
  • Ajouter des arbres à la base
  • Ajouter des photos
  • Exporter les données en KML ou CSV

Pour un aperçu des potentialités de ce système, n'hésitez pas à jeter un oeil au site San Diego Tree Map ou encore Urban Forest Map.

 

geotrellis.pngGéotraitements en REST avec GeoTrellis

Comme le précédent projet (OpenTreeMap), le projet GeoTrellis est un projet Open Source de Azavea qui vient de sortir. Il permet de lancer des géotraitements en passant par des interrogations par l'url en passant par le protocole REST. Il diffère par cela des approches standardisées par la norme WPS. Il semble (nous n'avons pas pu pousser l'analyse) permettre de faire du calcul parallèle. Cela va peut-être être le moyen d'ouvrir une porte vers les calculs sur des grosses quantités de données. Nous n'oublions pas de mentionner qu'il existe des projets qui s'intéressent déjà à ces problématiques comme Grass ou dans le cadre de la big data avec le couple MapReduce/Haddoop. Il faut aussi mentionner que l'outil s'appuie sur le langage Scala (encore un nouveau - pas si nouveau ;) - langage à apprendre !) Allez sur le site officiel et sur le tutoriel introductif pour en savoir plus.

 

pycsw.pngSortie de PyCSW 1.2 Encore du bon cette semaine avec cette sortie. Pour rappel, lorsque vous voulez publier des données SIG et interroger un catalogue de données ou le mettre à jour, vous n'avez pas beaucoup d'autres choix que GeonetWork/Geosource et MdWeb qui appartiennent au monde Java. Si vous avez fait d'autres choix technologiques, il peut être intéressant d'utiliser PyCSW 1.2 qui est basé sur Python. Il est plutôt dans l'optique d'une bibliothèque sur laquelle s'appuyer principalement pour faire des recherches plutôt que dans l'optique d'un logiciel tout-en-un, de remplissage, visualisation et interrogation de données. Il est d'ailleurs utilisé dans Geonode. Pour en savoir plus sur les nouveautés, consultez les notes de "release" et allez sur le site officiel pour le logiciel et la documentation.

 

geoda.pngAnalyse SIG en Python avec GeoDanet et ses copains Cette news signale la sortie de GeoDanet en version Alpha qui s'intéresse à la distribution des points dans les graphes (vous devez vous enregistrer pour accéder au téléchargement). Il s'inscrit dans la galaxie d'outils analytiques (principalement en Python) produit par le GeoDA Center, une unité de recherche à la pointe sur l'analyse spatiale. Par galaxie, nous parlons de Pysal de OpenGeoDA et d'autres encore. Allez sur cette page pour une liste complète. Si vous vous intéressez plus particulièrement aux graphes avec les SIG et Python, vous pouvez aussi voir du côté de NetworkX.

 

mapnik-logo.pngSortie de Mapnik 2.0.1 et perspectives Cette version permet de corriger les bugs principalement et apporte le support de PostGIS. Elle reprend la convention de faire un "import mapnik" alors que pour faciliter la transition entre les séries 0.7.x et 2.x le nom du module avait été pendant un moment appelé par "import mapnik2". On profite de cette occasion pour vous mettre l'eau à la bouche avec cette présentation de quelques nouveautés à venir de la série 2.1.x de Mapnik sur les rendus. Nous vous proposons aussi de découvrir une présentation très intéressante de Mapbox sur leur manière de procéder sur le tuilage pour MapBox Streets (utilisant OSM pour rappel). PS: La "pub" MapBox est liée au fait que 2 ou 3 core commiters Mapnik sont chez Development Seed, la compagnie qui fait MapBox, donc pas trop le choix ;)

 

Côté bureautique

qgis.pngQuantum GIS news La communauté est toujours en ébullition. Il y a toujours une quantité incroyable de nouveautés. Ainsi ceux qui veulent s'amuser avec Qgis Server sur Windows pour publier des cartes peuvent aller voir ce tutoriel. Son intérêt principal pour nous est de relever que l'installateur OSGEO4W permet maintenant de le déployer très facilement. Toujours sur la partie serveur, on peut visualiser des démos des données cartographiques opendata des grandes villes françaises( Paris, Toulouse, Rennes, Nantes) faites par la société 3liz à partir de Quantum GIS et de leur framework de publication Lizmap dont on avait déjà parlé il y a quelques mois. Enfin pour finir, découvrez un autre article totalement en français sur la manière de bien utiliser les grilles. Il nous a paru très intéressant, car traitant d'analyse spatiale et se concentrant plus particulièrement sur le maillage/carroyage.

 

Une alternative à Quantum GIS, ILWIS On vous parle beaucoup de Quantum GIS mais on oublie parfois de mentionner d'autres solutions qui ont un rôle à jouer en fonction du besoin de traitements de données ou bien parce que certains vont préférer l'ergonomie d'un logiciel plutôt que d'un autre. ILWIS fonctionne sous Windows mais est Open Source depuis 2005. Même s'il n'est pas nouveau, il nous a paru intéressant de noter son existence. Il faut aussi préciser qu'il est en grande partie francisé et plutôt facile d'accès avec sa documentation. Pour en savoir plus, nous vous renvoyons à la page GeoRezo dédiée, la plus complète en langue française ainsi qu'au site officiel (en anglais).

 

OpenStreetMap / OpenData

Wikipedia mobile passe à OSM A l'occasion de la sortie de son application Wikipedia pour Iphone et de la mise à jour de celle pour Android, la fondation Wikimedia annonce le passage de Google Maps vers OSM (dans l'option "Nearby" qui permet de voir les lieux près de soi qui ont une page Wikipedia). Ce changement ne surprendra personne tant ces 2 projets sont philosophiquement proches (OSM étant souvent présenté aux néophytes comme un Wikipedia cartographique). Au niveau technique, c'est la combinaison à la mode en ce moment, tiles Mapquest + Leaflet. Mais pas pour longtemps apparemment car ils ont comme projet de bientôt générer leurs propres tiles. A suivre donc.

 

"OpenData tour" du secteur public Sous ce nom aguicheur, découvrez le rapport "Données publiques : clés et repères" de l'OTEN (l'Observatoire des Territoires Numériques). Attention, comme toute source, il est à prendre avec "des pincettes". Nous ne remettons pas en cause le travail ni le sérieux mais d'une part, c'est une vision par un acteur de la scène publique (même si il se veut objectif) et d'autre part, le domaine évoluant "au galop", certaines infos vont vite devenir obsolètes. Malgré ces avertissements, à consommer sans modération : vous identifierez la plupart des acteurs institutionnels importants et intéressants pour l'opendata actuel et à venir

 

Exploitation des données GPS d'OSM Récemment, la fondation OpenStreetMap a mis à disposition un jeu de données GPS impressionnant (55 GB de données et plus de 2,7 milliards de points !). Il était prévisible que certains allaient faire joujou avec. Un résultat intéressant est cette heatmap obtenue à partir d'un échantillon de 1% des données (ce qui représente quand même presque 28 millions de points). Il est amusant de voir des traces de bateaux et d'avions au dessus des océans ou cette mystérieuse bande bruitée qui s'étend approximativement entre les Tropiques du Cancer et du Capricorne. D'autres ont décidé d'analyser les contributions par pays (en termes de quantité de points le podium est : Russie, Allemagne et Royaume-Uni).

 

Divers

WhereConf 2012 Si vous lisez nos colonnes depuis plus d'un an, chaque année on vous fait un rappel sur cet évènement organisé par l'éditeur de livres O'Reilly. Cette année encore, ça a été l'occasion de s'instruire sur les tendances. L'évènement est pour nous intéressant à deux titres : la partie SIG mais aussi l'ouverture vers des usages "géo" avec la tendance "Solomo". Nous vous convions donc à accéder aux supports numériques et aux présentations vidéo.

 

A la recherche du SIG et du spatial Dans nos réflexions personnelles, le rôle du SIG et du spatial par rapport au corpus de sciences comme par rapport au besoin dans le monde professionnel nous intéresse fortement. Cette semaine nous avons relevé plusieurs publications qui posent la question de l'usage du mot SIG mais aussi de la particularité du spatial. Ce n'est pas la première fois que nous abordons le sujet, mais ayant trouvé du grain à moudre, nous partageons. Ainsi on commence par un premier article sur "Should We Retire the Term GIS?" suivi d'un autre complémentaire nommé "GIS = Providing Location Based Solutions" du même auteur suite à des retours sur les réseaux sociaux. Cela nous permet de ressortir du chapeau cet article plus pratique sur une vision des besoins en géomatique/SIG. Vous pouvez aussi consulter ce "vieil" article (1989) par Luc Anselin "What is Special About Spatial Data? Alternative Perspectives on Spatial Data Analysis" plus centré sur les perspectives du SIG et du spatial mais du point de vue analyse spatiale. James Fee écrivait lui en 2009 Spatial isn't special où il témoigne de la démocratisation des SIG ces dernières années et du rôle majeur qu'à eu Google Earth / Maps dans ce changement. Au final, pour nous, le SIG étant vu comme un ensemble et pas seulement pour sa composante logicielle, il a encore de beaux jours ;)

 

Analytics pour Google Maps Google continue d'améliorer l'interaction entre ses différents services en annonçant la sortie de Analytics pour l'API Google Maps, uniquement pour la licence business. Comme son nom l'indique, l'idée est la même que Google Analytics mais pour Google Maps. Il est donc possible de voir comment les visiteurs de votre site utilisent votre carte (ont-ils besoin de se déplacer, de zoomer ? changent-ils de vue ?) et donc éventuellement de la modifier pour en faciliter la lecture.

 

Une carte en bois ! Bon, je ne sais pas si le titre fait envie mais c'est bien de ça qu'il s'agit, une carte en bois ! Woodcut Maps est un site qui vous permet de créer des cartes très originales, en choisissant un lieu, un format et bien sûr les essences et couleurs que vous voulez. Quelques semaines plus tard vous recevez votre rondin cartographique chez vous!

A propos de l'auteur: 
GeoTribu

Toute l'actualité de la géomatique Open Source ! Mais aussi des tutoriels, des billets de blog, des tests et surtout une bonne humeur géographique !

Commentaires

bonjour geotribu!

C'est un honneur pour moi de voir mentionné mon article (carroyage sur données bâti) sur votre billet.

Je suis un lecteur fidèle de votre revue de presse et me demande comment vous arrivez à collecter toutes ces informations chaque semaine!

Bravo et continuez!

mathieu rajerison