1
23 déc 2011

world_noel.png Vous êtes déjà en vacances ou encore au bureau ? Mais est-ce une raison pour manquer la revue de presse de Geotribu. Cette semaine, nous aborderons notamment, la librairie Google Vector Layer, les journées internationales gvSIG, de l'Open Data mais aussi les sorties de la semaine. Bonne lecture.

 

Côté client

google.pngGoogle Vector Layers Ajouter des données KML à GoogleMaps est un jeu d'enfant. Mais cela se corse quand vous souhaitez intégrer d'autres formats provenant par exemple d'ArcGIS Server, GeoCommons ou encore CartoDB. Si vous êtes dans ce cas, sachez que Jason Sanford offre depuis peu une nouvelle librairie, nommée Google Vector Layer, permettant notamment de faciliter l'ajout de différentes sources et surtout la gestion de gros volumes de données. Pour cela, Google Vector Layer ne va pas afficher l'ensemble des données disponibles mais seulement celles correspondant à l'extension de la carte. Mais les potentialités de cette librairie ne s'arrêtent pas là. En effet, elle offre également un moteur de template pour les infobulles, une gestion facilitée de la symbologie ainsi qu'une intégration plus simple des données temps réel. Mais le plus simple est je pense de jeter un oeil aux démos disponibles et si vous êtes convaincus, sachez que le code source est disponible sur GitHub.

 

google.pngCartographie en HTML5 Nous avions déjà eu l'occasion d'aborder à plusieurs reprises la librairie D3. Celle-ci permet notamment de transformer vos données brutes en diagramme intelligible et compréhensible. Les modes de représentation sont multiples et il est bien évidemment possible d'utiliser la carte comme média de communication (carte choroplète, cartogram). Néanmoins, ces exemples sont malheureusement figés. Impossible de zoomer ou de se déplacer. C'était sans compter le talent de tokumine qui nous offre une série d'exemples alliant d3 et interactivité. Le code source utilisé est également disponible.

 

logo-gvsig_150_14.gifgvSIG La 7ème édition des journées internationales de gvSIG s'est déroulée du 30 novembre au 2 décembre derniers à Valence. Les publications, articles, posters et présentations de l’évènement sont disponibles sur le site officiel. Attention, hispanophobes s'abstenir car que la page soit disponible en anglais et en espagnol, ne change rien : tous les contenus sont en espagnol. L'évènement se déroulait à Valence et le projet est profondément ancré dans la langue de Cervantès. Qu'importe, le logiciel est disponible en beaucoup de langues différentes et gagnerait à être davantage connu des aficionados de Molière ! Pour Noël, offrez-vous (gratuit et autonome) une découverte du cousin de Qgis : votre cadeau opensource !

 

200px-Openstreetmap_logo.svg_.pngCalculer des itinéraires avec OpenStreetMap Cette semaine, grâce à Martin Laloux du PortailSIG, nous apprendrons comment calculer un itinéraire à partir des données OpenStreetMap. Pour cela l'auteur nous présente un outil nommé osm2po. Ce dernier a la particularité d'être à la fois un moteur de routage (ça se dit ??) mais aussi un convertisseur permettant d'exploiter les résultats obtenus dans Postgresql. Mais le mieux, est de consulter le billet de Martin qui présente toutes les étapes nécessaires. Pour ceux qui veulent en savoir un peu plus sur PgRouting, un autre article est disponible sur le blog "l'aménagerie". Remercions dans tous les cas, UnderDark, la contributrice anglophone à l"origine du contenu des deux cas présentés. N'hésitez pas à visiter son blog : c'est une mine

 

Open Data

Bien que le mouvement Open Source et Open Data soient par nature différents, il n'empêche que la philosophie qui les anime et la même. Preuve en est, la plateforme qui propulse OpenData.gov, l'Open Data Américain, devient Open Source. Cette libération du code est, comme j'aime à la rappeler lors de mes interventions, un contrat gagnant/gagnant pour tout le monde. En effet, si une communauté suffisante se créée, cela permettra de faire évoluer l'outil à moindre coût et pour les utilisateurs c'est l'assurance de disposer d'une plateforme pérenne. Le code source est disponible sur GitHub.

 

open_data.jpgDebug data.gouv.fr Depuis l'ouverture du portail data.gouv.fr il y a de cela 2 semaines, beaucoup de critiques pleuvent. Il faut dire qu'entre des formats propriétaires, des données illisibles à cause de leur qualité médiocre etc. il y a de quoi alimenter une levée de boucliers ! Si vous êtes aussi du genre à râler, Regards citoyens a lancé un site pour contribuer à améliorer le portail de l'opendata francais : Debug data.gouv.fr . Un petit retour sur les données disponibles lors de leur intégration dans Data-Publica est disponible sur le blog de la société

 

Sortie de la semaine

Sortie de GDAL 1.9 beta 2 et petit récapitulatif des ressources importantes du projet On se rapproche doucement de la "release" stable de GDAL 1.9. Celle-ci apporte des nouveautés intéressantes. Ainsi vous pouvez par exemple, utiliser des données distantes puis les consolider sans avoir besoin de télécharger sur votre poste. Pour un aperçu de l'ensemble des nouvelles fonctionnalités, nous vous invitons à consulter les infos liées à la release. Même si ce n'est pas lié directement aux nouvelles fonctionnalités, nous en profitons pour vous faire découvrir comment faire des effets de relief avec GDAL. Pour le manuel de référence en français de la version 1.9, allez sur http://gdal.gloobe.org/. Si vous avez besoin de manipuler ogr/gdal via Python, un petit rappel sur l'API ne peut pas faire de mal. Toujours en Python, si vous voulez séparer vos environnements, ce guide sera votre ami. Nous vous rappelons aussi l'existence de ce très bon guide sur la partie raster. N'oublions pas non plus le site officiel du projet. N'hésitez pas à nous faire remonter d'autres sources sur GDAL si nous les avons oubliés.

 

Fiona passe en 0.5 Non ce n'est pas de la fiancée de Shrek dont nous allons parler (ok, ok je sors mais c'était tentant !) mais d'une surcouche ajoutée à OGR. Sean Gillies, participant actif et bien connu de l'OpenSource est l'auteur de cette librairie. Fiona se veut être une alternative plus élégante à l'API existante. Au passage, j'en profite également pour signaler ce post paru sur NeoGeo Online qui aborde notamment cette librairie.

 

geotools.pngNouvelle version de GeoTools La librairie géospatiale en Java de l'OSGeo sort en version 2.7.4 en corrigeant quelque 39 bugs et en apportant quelques améliorations et nouveautés. Site de GeoTools

 

geoserver.pngGeoServer version 2.1.3 Restons dans le domaine de la correction de bugs avec la sortie de GeoServer en version 2.1.3. Néanmoins, nous pouvons noter quelques améliorations comme l'ajout de l'authentification pour les couches WMS en cascade ou encore le support de processus WPS asynchrones.Plus d'infos sont disponibles sur le changelog. Il faut aussi noter que Geoserver dispose maintenant d'une documentation en français issue de la traduction de la version anglaise. Ce travail a été effectué dans le cadre de Georchestra, une IDS (Infrastructure de Données Spatiales). Pour en savoir plus, allez sur l'annonce officielle

 

Nouvelle version de GéoSource Le "Geonetwork à la sauce française", développé principalement par le BRGM, vient aussi de publier une nouvelle version. De très bonnes nouvelles en termes de performance et de gros efforts sur la documentation et l'assistance sont au menu de cette dernière mouture. L'excellent NeoGeo passe en revue les principales nouveautés de cette version

 

GeoExt version 1.1 Lors de la dernière revue de presse, nous vous annoncions la sortie de la Release Candidate. Cette semaine c'est au tour de la version stable. Tous les détails sur cette nouvelle version ici. Le code source est téléchargeable sur Github.

 

Projets artistiques

The Nine Eyes of Google Street View La toute nouvelle maison d'éditions Jean Boîte publie une monographie de l'artiste Jon Rafman inspirée de son projet 9 eyes. C'est un recueil bilingue de 160 pages en couleur de photos insolites trouvées en se baladant sur Google Street View.

 

Song Map Song Map est une carte urbaine réalisée par le collectif Dorothy où les noms de rues ont été remplacés par des titres de chansons. L'avenue la plus importante est bien entendu Highway to hell! Pour les amateurs de musique, la carte peut également s'accompagner d'une playlist concoctée par les auteurs.

 

A propos de l'auteur: 
GeoTribu

Toute l'actualité de la géomatique Open Source ! Mais aussi des tutoriels, des billets de blog, des tests et surtout une bonne humeur géographique !

Commentaires

SI j'ai un seul truc à retenir c'est le support du format Edigeo dans la prochaine version de gdal. Permettant ainsi de s'affranchir de Topocad (uniquement sous windows, mais gratuit et fonctionnant très bien) afin de convertir ce format vectoriel vers un autre.