16 mar 2015

Aujourd'hui, jour d'éclipse, les yeux ont été rivés vers le ciel. Je ne sais pas si la météo a été clémente par chez vous et si vous avez pu assister à l'éclipse. De notre côté, la météo était plutôt maussade mais l'épais voile de nuages laissait transparaître, par moments, la Lune, et conjointement le Soleil (vu que c'est une éclipse). A mon travail, personne ne disposait de lunettes mais nous nous sommes rendus compte qu'en regardant le reflet de la Lune sur une partie bien précise du vitrage par le bas, en fléchissant les genoux et en levant la tête, nous pouvions observer le phénomène sans nous griller les yeux. Pas mal de collègues l'ont malgré tout ratée à cause d'un manque manifeste de souplesse.

Mais qu'est-ce que je fais là, à vous raconter ma vie ? Peut-être que j'essaie de combler les vides car la revue de presse est un peu maigre aujourd'hui. Mais elle n'en est pas moins de qualité ! Nos rédacteurs étaient sans doute dans la Lune, au point d'oublier leur revue de presse préférée.

D'ailleurs, il sera question de Soleil et de chaleur dans cette revue de presse. Nous avons déniché une carte de l'ensoleillement avec un rendu plutôt hot. On revient aussi sur Mapmint qui, au-delà de donner bonne haleine à vos cartes, vous rend l'accès aux services WPS (et non UPS) plus aisé.

Du côté du Data Art, deux projets très fascinants. Un où vous parcourez la ligne 2 du métro de New York dans une composition musicale élaborée à partir des données de revenu de la Grosse Pomme. Un autre où inversement, un paysage est généré à partir d'un morceau MP3 que vous lui soumettez.

Du côté journalistique, méfiez-vous de la chaîne Arte si jamais elle vous offre gratuitement l'intégrale de l'émission "Le Dessous des Cartes" en DVD. Elle est en mesure de tracer le moindre de vos objets, comme ici avec une télé dont elle s'est débarassée afin de voir le circuit de nos déchets.

Bon, finalement, y avait pas mal de choses. Du coup, vous vous dîtes : "il nous a bien faits marcher, hein". En effet, c'est le cas avec le projet letswalkto.

Allez, je vous laisse tranquilles à votre lecture.

Accès direct à : Client | Serveur | Représentation Carto | Divers |

Client

Cartographie du taux d'ensoleillement

Je ne sais pas pour vous, mais la première fois que j'ai découvert la cartographie issue du projet Dumpark, je suis restée bouche bée. Celle-ci est tout simplement magnifique.

Mais derrière ces belles couleurs, il y a également une véritable démarche de mise en valeur de l'information, à savoir le nombre d'heures d'ensoleillement direct par endroit. Pour cela un algorithme spécifique qui prend en compte la topographie ainsi que les bâtiments a été développé.

Je vous laisse découvrir ce résultat tout simplement magnifique !

 

Serveur

Un peu de fraicheur dans les cartes

Si vous suivez nos activités et rubriques, vous avez sans doute vu passer des articles et même quelques tutos au sujet de cartographie web. Vous êtes peut-être même rompus aux techniques de sioux qu'il faut parfois déployer pour proposer des flux WMS ou WFS. Mais est-ce que vous avez déjà entendu parler du WPS?

Si ce n'est pas le cas, vous pouvez aller faire un tour sur Wikipédia, mais en quelques mots, si pour WMS et WFS, le flux permettent de délivrer qui une image qui des données vectorielles avec leurs attributs, avec le WPS le flux peut/doit être considéré comme un processus. C'est un standard proposer par l'OGC qui permet de demander au serveur d'effectuer des actions ... Vous avez accès à une image LIDAR sur votre smartphone dans une forêt de Charente, et vous voulez effectuer une opération de détection de formes sur les données zones en question, vous pouvez délocaliser le processus sur le serveur et en afficher les résultats sur votre terminal.

Dans le monde de la cartographe libre c'est zoo-project qui a le vent en poupe, mais malgré les potentialités de ce projet, celui-ci peut s’avérer complexe à appréhender. C'est là qu'intervient MapMint; un très beau projet qui permet de facilité les interactions entre les données et les processus en temps que service web. Si mapMint a été présenté lors du frog en 2013 et du FOSS4G-fr en 2014, nous voulions souligner que la documentation est de plus en plus fournie sur le dépôt github du projet. Et depuis quelques semaines la page du guide d'installation est accessible ! La démocratisation du WPS est peut-être en marche !

Affaire à suivre!

Représentation Cartographique

L'espace accessible en marchant

Vous avez quelques minutes pour aller marcher dehors ? Alors pourquoi ne pas aller au café du coin ? LetsWalkTo, petite application basée sur Google Maps, vous permet de savoir quels sont les points d'intérêts proches de chez vous comme les restaurants, théâtres, commerces ...

En renseignant simplement une adresse et un temps maximum, l'application vous montre rapidement les points d'intérêts accessibles à pieds. Vous pouvez aussi saisir un marqueur sur la carte et spécifier un filtre comme 'pizza'. N'oubliez pas de changer le type de POI tout en haut.

Data-Driven DJ ou la géographie mise en musique

Brian Foo est un data artist dont les oeuvres numériques, souvent liées aux visions du territoire, traversent de nombreux médias.

Son dernier projet en date, appelé Data-Driven DJ a trait à la sonification, soit à la retranscription de valeurs statistiques sous la forme de sons, et par extension, de musique.

L'artiste a recueilli les valeurs géolocalisées de revenu le long de la ligne 2 de métro de New York à partir des données du US Census Bureau. Cette ligne traverse les quartiers de Brooklyn, Manhattan et le Bronx.

La sonification avait été tentée par les physiciens du LHC afin de donner à entendre la particule de Dieu (le boson de Higgs) mais les résultats pouvaient paraître assez cacaphoniques du fait qu'ils exploitaient les variations de fréquences les plus infimes. Dans le cas de Brian, le résultat est tout aussi convaincant que plaisant à écouter.

La musique a été générée par différents algorithmes sur des trames mélodiques données (et pas trams mélodiques, hein ;)). Lorsque le métro traverse un endroit riche, les instruments se mettent en branle et leur jeu se fait plus intense. Ainsi, à mesure que l'on s'approche du Bronx, terminal de la ligne 2, la partition se fait plus silencieuse, concluant ainsi le morceau.

Techniquement, Processing a été utilisé pour la visualisation graphique tandis que la musique a été élaborée programmatiquement avec Chuck.

Musicalement, Brian dit s'être inspiré de la musique répétitive de Steve Reich. D'ailleurs, le côté cyclique de la musique n'est pas sans rappeler la mécanique du train. La musique épouse le sujet qu'elle représente.

Data Driven DJ ou quand la géographie investit le dance-floor..

Audio Landscape ou la musique mise en carte

Au-dessus, nous avons vu comment la géographie pouvait être mise en partition.

Aussi, dans de précédentes revues de presse, nous avons vu comment la géographie permettait de donner du relief à des informations inscrites a priori hors de toute spatialité : univers du web avec les continents de Google, Facebook, etc...Relations entre personnes politiques, entre sujets de recherche.

Et si l'on faisait l'inverse de Data Driven DJ, à savoir prendre de la musique et la retranscrire sous la forme d'un paysage ?

Généralement, la visualisation du son, de la musique se fait à l'aide d'un oscillogramme, dans un espace à deux dimensions : la première est temporelle tandis que la deuxième est relative à la fréquence de chaque note.

Le projet Audio Landscape  de Dan Neame va plus loin. Il permet de voir la musique en 4 dimensions. On charge un MP3 pour ensuite le parcourir automatiquement dans un espace à 3 dimensions tandis qu'il se déroule.

Plusieurs thèmes de paysages sont proposés : d'une île verdoyante (idéal pour le reggae) à l'atmosphère infernale d'un volcan (idéal pour le heavy metal).

J'ai essayé de comprendre comment ces paysages étaient construits mais finalement, il y a assez peu d'explications. Le principe de base est néanmoins que le montagnes traduisent les fréquences de la musique.

Il est toujours fascinant de voir la façon inédite dont des spécialistes de domaines variés investissent la géographie afin de donner corps à leur sujet.

Divers

Arte a dissimulé une puce GPS dans un téléviseur

La chaîne Arte a joué l'agent secret. Afin de savoir ce qu'il advenait de nos déchets, elle a dissimulé au sein d'un téléviseur une puce GPS.

Le parcours du poste de télévision, d'Allemagne à Accra au Ghana, a été effectué avec l'aide de l'équipe de followthemoney.

La page Follow The Money hébergée sur le site d'Arte est plutôt bien faite. Typique du courant Data Story, elle permet de suivre avec un simple scroll de la souris le périple de la télé, au travers d'une timeline, couplée à une carte, et de témoignages photos, voire vidéos.

Nous verrons que les journalistes n'y sont pas allés de main-morte. En Allemagne, il iront au contact des intermédiaires jusqu'à suivre en temps réel le bateau cargo chargé du transport, tandis qu'en Afrique, ils rencontreront revendeurs jusqu'à atterrir sur l'un des dix endroits les plus pollués de la terre, Agbogbloshie.

C'est une enquête de grande envergure servie par une mise en images soignée, riche et interactive, qui nous est donnée de parcourir.

Sur le plan juridique, je m'étonne quand même que l'on puisse dissimuler comme ça un traceur GPS dans un poste de TV : qu'en pensez-vous ?

 

Ajouter un commentaire