3
20 fév 2015

Le serveur GeoTribu fait des siennes en ce moment ! Mais ce n'est pas une raison pour oublier une revue de presse.

Cette semaine, la prochaine conférence SAGEO, de biens jolies cartes avec Istvan, une école thématique du CNRS, les itinéraires directement sur le site d'OpenStreetMap, des mises à jour avec GDAL/OGR et GeoServer, les heatmaps qu'il va falloir renommer en isoplèthes, nos voisins de l'autre côté des océans, un quizz sur les aéroports américains, des papillons, une collection de baselayers pour leaflet, le Global Climate Monitor et pour changer une vidéo sur les projections :)

Ces derniers temps, vous avez sûrement remarqué quelques problèmes d'accès sur notre serveur. Sachez que c'est bien indépendant de notre volonté, ce n'est pas pour vous embêter ;) En tout cas, on fait tout pour remettre d'aplomb notre petite machine le plus rapidement possible.

Accès direct à : Sorties de la semaine | Client | OpenStreetMap | Représentation Carto | Conférences | Divers |

Sorties de la semaine

GDAL/OGR 1.11.2 est disponible

GDAL/OGR, qu'il ne nous semble plus nécessaire de présenter aujourd'hui, est disponible depuis peu en version 1.11.2. Celle-ci est avant tout une version visant à corriger les différents bugs (une soixantaine).

GeoServer 2.5.5

GeoServer aussi nous fait l'honneur de sortir sa nouvelle version. La 2.5.5 n'amène pas de nouvelle fonctionnalité, uniquement des corrections de bugs.

Client

Une collection de "Base layer"

On vous a souvent parlé des productions cartos stylisées de chez Mapbox. Quelques une ont été régroupées dans un guichet cartographique basé sur la bibliothèque Javascript Leaflet. Pratique, ça permet d'avoir les adresses des flux sous la main :)

 

Global Climate Monitor : visualisation et téléchargement de données climatiques

Le Groupe de Recherche sur le Climat de l'Université de Séville a développé une interface de visualisation et de téléchargement de données climatiques nommée Global Climate Monitor (GCM). GCM a pour but de mettre ces données à la portée du plus grand nombre de personnes avec une interface simple et intuitive. N'hésitez pas à consulter le site et à leur faire part de vos commentaires !

OpenStreetMap

Les directions s'affichent dans OpenStreetMap

Nous l'avons déjà abordé, OpenStreetMap est avant tout une base de données ! Mais à partir de celle-ci, de nombreuses applications sont possibles. L'une d'entre elles est bien évidemment la calcul d'itinéraires. Pendant longtemps, et même si des solutions techniques existaient, il avait été décidé de ne pas proposer cette possiblité sur le site principal d'OpenStreetMap. Une des raisons avancées était la charge que cela entraînerait sur les serveurs.

Néanmoins, afin de permettre une plus grande visibilité des potentialités du projet, cette limite est désormais levée. Le site OpenStreetMap intègre donc par défaut la possibilité de calculer des itinéraires ! Je trouve particuliérement pertinent d'avoir fait le choix d'intégrer différents moteurs de calcul d'itinéraires. Vous avez ainsi la possibilité d'utiliser GraphHopper, MapQuest et/ou OSRM.

 

Représentation Cartographique

Istvan réinvente la cartographie

Une exposition des oeuvres de l’artiste suisse Istvan s'est tenue en janvier 2015 à Venise. Je vous invite à jeter un coup d'oeil à ces oeuvres cartographiques à l'apparence visuelle très attrayante avec un effet “fluide invisible qui déborderait de la ville pour envahir son environnement”! Si cette dernière phrase vous intrigue, nourrissez votre curiosité par les différents liens présents dans l'article du Courrier International.

Les heatmaps, un sujet chaud

Kenneth Field est un peu un critique des cartes, voire un de ses théoriciens. Sur son blog, avec en filigrane une image des Simpsons où le chef de police Clancy étudie une carte de la criminalité, il fait le tour du terme de heatmap qu'on affecte à certaines cartes.

Si la Terre se réchauffe effectivement, pullulent sur le net pléthore de cartes qui emploient, à tort ou à raison, ce terme. A la mode, c'est un peu un fourre-tout au sein duquel sont regroupées tout un tas de cartes au rendu certes identique, mais basées sur des techniques spatiales somme toutes très diverses, et pas toujours explicitées.

Les heatmaps sont des cartes qui présentent des surfaces continues de valeurs, dérivées de données ponctuelles. L'auteur du billet explique que ce type de réalisation se justifie par le simple fait qu'analyser une carte de points est inefficient, d'autant plus lorsque certains points se superposent. Néanmoins, dans la mesure où tout point d'une carte de chaleur possède une valeur, de telles représentations laisseraient penser, sur une carte d'accidentologie, qu'un évènement pourrait avoir eu lieu au en pleine cambrousse, ce qui n'a pas tout le temps un sens. C'est pourquoi réaliser de telles cartes doit être fait avec précaution.

Les heatmaps regroupent tout plein de techniques différentes : interpolations spatiales, densité par noyau, fonction de proximité K, indicateur de Getis-Order pour voir les clusters.

L'auteur revient aussi sur les couleurs employées sur ces cartes, tirées de la fameuse rampe de couleurs arc-en-ciel des caméras infra-rouges. Mais cela a-t-il un sens de qualifier de heatmap et représenter par ces couleurs des cartes n'ayant aucun lien avec la température ? Aussi, que veut dire "moins de", "plus de" ? Pourquoi l'un serait-il plus chaud que l'autre ? A partir de quels seuils passe-t-on du froid au chaud, du bleu au rouge ? On voit bien que le terme de heatmap est un peu galvaudé, en tout cas trop maladroit pour être employé à outrance.

Aussi Kenneth propose-t-il un autre terme. Outre le terme de carte isarithmique, il conseille celui d'isoplèthe (iso pour égales, plèthe pour "grands nombres"). Une isoplèthe serait issue de l'interpolation de données ponctuelles et possédant différentes teintes selon certains seuils, certaines isolignes (définis à la bonne appréciation du cartographe).

Enfin, l'auteur revient dans son billet sur l'historique des heatmaps, pour signaler qu'initialement, elles n'avaient pas grand chose à voir avec les cartes.

Si le terme n'était pas correct, devrait-on modifier nos logiciels en conséquence ? Doit-on mettre en place, à l'instar de l'Académie française, une organisation chargée de valider les termes employés en géographie afin que les cartes ne soient pas mal lues ? Est-ce à l'ICA (Internation Cartographic Organization) de trancher là-dessus ?

Bref, même si son avis paraît sévère, l'auteur a fait de son article un sujet brûlant qui nous a parus intéressant d'être relayé.

Conférences

SAGEO 2015

Comme chaque année, se tiendra SAGEO l'une des conférences incontournables de la géomatique francophone (mais pas que). Cette fois-ci c'est du 23 au 26 novembre et sur le sol Tunisien qu'aura lieu cet événement !

Je ne listerai pas les thèmes qui seront abordés tant vous avez l'embarras du choix. Cela ne vous donne donc aucune excuse pour ne pas y participer (et en plus visiter la Tunisie :D). Mais pour cela, il vous faudra soumettre votre article (long 14p ou court 4p) au format WORD ou LaTeX avant le 23 mai 2015.

Pour avoir eu l'opportunité de participer à l'une de ces conférences, je peux vous dire que j'en garde un très bon souvenir. Une bonne ambiance, des personnes accueillantes et ouvertes, du contenu intéressant... Que du bon quoi !

Ecole Thématique CNRS MAPS 8 en préparation

Vous avez déjà croisé dans les ligne de cette revue de presse des news à propos de Systèmes multi-agents. Et bien pour ceux que cela a intéressé sachez que le Réseau MAPS organise sa 8e école thématique!

Le collectif MAPS (Modélisation Multi-agents Appliquée Aux Phénomènes Spatialisés) vise à promouvoir les sciences de la complexité au sein de la communauté des doctorants et des chercheurs en SHS et propose régulièrement depuis 2009 des écoles de formation en modélisation et simulation.

En juin 2015, le réseau MAPS organise, à La Colle-Sur-Loup, avec le soutien de l’INSHS, une école thématique CNRS sous la forme d'une session d’une semaine de formation avancée pour les étudiants et chercheurs qui souhaitent approfondir leurs compétences dans le domaine de la modélisation et de la simulation spatialisée à base d'agents.

Pour toute information et pour les dépôts de candidature en ligne (avant le 3 mars 2015), veuillez consulter le site MAPS :

http://maps.hypotheses.org/evenement-a-venir/maps-8

 

Divers

Nos voisins trans-océaniques

Les cartes sont fascinantes. Une d'entre elles a permis de répondre à une question que se posaient peut-être certains américains se prélassant sur la côte Ouest ou Est : si je navigue tout droit, quels pays verrai-je en premier ?

Cette carte permet de voir des choses intéressantes. Si vous partiez du Chili ou du Groënland, vous finiriez par revenir au même endroit. Christophe Colomb n'aurait sans doute pas fait cette erreur.

On note que le Royaume-Uni et l'Irlande sont très au Nord, au même niveau que l'Alaska. Leur climat pas si rude que ça doit finalement beaucoup au Gulf Stream.

En partant de Floride, on rejoint le Maroc, voire l'Algérie en faisant un petit crochet par le détroit de Gibraltar.

Intéressant, non ?

 

Etes vous un amateur des aéroports américains?

Ce petit jeu diffusé par le Washington Post, est basé sur la reconnaissance de formes spatiales ! En l'occurence, il s'agit ici de certains aéroports américains. J'avoue que si vous n'êtes pas des grands voyageurs, ça va être un peu compliqué !

Un papillon cartographique, ça existe ?

Si je vous dis Steeve Waterman, à quoi ça vous fait penser? Un stylo plume? Noonnn... Une projection cartographique, oouuui... et par n'importe laquelle, une projection qui a la forme d'un papillon :) Je vous laisse regarder la page Wikipedia associée.

Tout ça pour dire que le site Image Surgery propose une collection de papillons cartographiques ! Je trouve le résultat graphique très très sympa, le prix est en revanche l'est beaucoup moins !

Mais si vous souhaitez créer vous même des papillons cartographiques, je pense que ce n'est pas si difficile, la preuve en image avec cet exemple à base de cartes topographiques. Vous trouverez d'autres sources d'inspiration par ici ou ici ou bien encore ici.

Comme vous venez de le comprendre, GeoTribu propose désormais des ateliers manuels pour occuper votre temps libre :)

Video

On finit la revue de presse en musique pour changer un peu ! Cette vidéo présente les problèmes de projection bien connus de nous tous, associés aux fausses représentations du monde qui en découlent, le tout sur un fond musical ! Enjoy.

En bref

 

Commentaires

Commentaire: 

Bonjour !
Eh oui, un papillon géographique existe, doublement !
Le premier est la Carte géographique (Araschnia levana pour les intimes), et vit sous nos latitudes françaises. Ses lignes sous ses ailes lui ont donné son nom latin où il est question d'araignées.
http://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/53724
Le second, l'Atlas, est plus exotique, et avec pareil dénomination, il fait bien entendu partie des mastodontes des papillons.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Attacus_atlas

Merci pour ces revues de presse toujours complètes et originales !
D.M

Commentaire: 

Merci beaucoup pour ces précisions sur les papillons cartographiques! En posant la question, je n'imaginais pas qu'ils existaient réellement :)

Jérémie

Commentaire: 

Bonjour, je suis déçu de voir qu'au départ du Chili et du Pérou, nous n'arrivions pas en Polynésie Française, en Nouvelle Calédonie ou au Vanuatu ...

Ajouter un commentaire